liste des contrepoints histoire pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11


LA REPRISE DU CONFLIT


Les armées arabes passent à 35 000 hommes, tandis que les forces israéliennes atteignent 60 000 hommes tout en renforçant considérablement son armement (Israël se dote d'une aviation). La trêve dure jusqu'au 8 juillet, et les Etats arabes imposent la reprise des hostilités contre l'avis d'Abdallah.


LES DIX JOURS : ISRAËL, LA CONQUETE DE TERRITOIRES ET LA POLITIQUE D'EXPULSION


Les Israéliens, commandés par Itzhak Rabin, lancent l'opération "Dani" et s'emparent de deux villes le 12 juillet. Ben Gourion ordonne l'expulsion de la population arabe, et 50 à 70 000 Palestiniens prennent la route (nombreux sont ceux qui meurent). La bataille gagne Latrun, où la Légion arabe parvient à arrêter l'offensive israélienne. Au sud, les forces israéliennes s'emparent de villages arabes, provoquant un nouveau flot de 20 000 réfugiés ; au nord, ils se saisissent de la Galilée occidentale, où les agglomérations chrétiennes et druzes sont préservées et les villages musulmans bombardées et vidées, créant encore 20 à 30 000 réfugiés supplémentaires. Ces affrontements sont connus sous le nom des "Dix Jours".

Après les Dix Jours, les expulsions continuent dans le cadre d'opérations de "nettoyage". Le total des réfugiés de cette période est supérieur à 100 000. Cette fois, et contrairement à la période du Mandat, les Israéliens ont bien mis en oeuvre une politique claire et nette d'expulsion, alors que la "survie" d'Israël n'est plus en jeu.


L'APPARITION DE LA QUESTION DES REFUGIES


Le 15 juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU vote un second cessez-le-feu accompagné de menaces de sanctions ; les Arabes l'acceptent le 18 juillet, tandis que la question des réfugiés fait son apparition dans les discussions diplomatiques. Le 27 juillet, Israël déclare que "le gouvernement israélien décline toute responsabilité pour la création de ce problème" et qu'en cas de retour, ces Arabes deviendraient "une formidable cinquième colonne pour les ennemis intérieurs". Cette position restera celle d'Israél, mais dans l'immédiat, le gouvernement de l'Etat juif renvoie habilement le dossier aux futures négociations de paix.



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 page suivante



© Acontresens 2002-2017