liste des contrepoints histoire pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11


LA GUERRE DES SIX JOURS


Le 5 juin 1967, Israël lance une attaque surprise contre ses voisins arabes : l'armée attaque 17 aéroports égyptiens et détruit la plus grande partie de l'aviation égyptienne. La Jordanie tente de porter secours à son allié mais l'aviation israélienne détruit l'essentiel du potentiel aérien jordanien, en même temps qu'elle s'en prend aux installations syriennes et irakiennes. Les Etats arabes ont perdu 418 avions en deux jours, contre 26 pour Israël. L'Egypte et la Jordanie accusent les Britanniques et les Américains d'avoir participé à l'assaut, ce qui est faux : la supériorité israélienne repose sur la présence d'un grand nombre de pilotes bien entraînés.

- le front égyptien (Sinaï, Gaza) : l'armée israélienne pénètre le Sinaï et Gaza. Le 6 juin, les forces égyptiennes abandonnent la moitié du Sinaï avant de s'effondrer totalement le lendemain, l'armée paniquant et fuyant. Le 8 juin, l'armée israélienne atteint le canal de Suez. Les perte égyptiennes s'élèvent à 10 000 hommes, 5 000 prisonniers, auxquels il faut ajouter la destruction d'une grande partie du matériel militaire, ainsi que des exécutions sommaires de soldats par Israël. La guerre-éclair menée par Israël est une grande réussite.

- le front jordanien (Cisjordanie, Jérusalem-Est) : Le 6 juin, l'aviation israélienne intervient massivement contre l'armée jordanienne, qui se replie de la Cisjordanie et de Jérusalem, Hussein ayant décidé le retrait de toutes les troupes en Transjordanie. Le 7, Israël occupe la Cisjordanie et Jérusalem-Est. Le 8, un cessez-le-feu est proclamé. Sur 50 000 hommes, la Jordanie compte 6 000 morts et 30 000 blessés, tandis qu'Israël compte 300 morts et 1 500 blessés.

- le front syrien (Golan) : Dayan, inquiet d'une éventuelle intervention soviétique, ne veut pas attaquer la Syrie, mais la conquête du Golan commence le 9 juin alors que la Syrie a demandé un cessez-le-feu. L'armée syrienne s'effondre le 10 et se replie sur Damas. Israël accepte le cessez-le-feu après s'être emparé du Golan. 30 000 Syriens ont fui le Golan, et Israël en expulse 90 000 autres, ne laissant que 7 000 Druzes.


LES CONSEQUENCES DE LA GUERRE : L'OCCUPATION ISRAELIENNE


Pris dans l'ivresse de la victoire, Israël intègre le 27 juin la Jérusalem arabe à la Jérusalem juive (ce qui n'est pas reconnu par l'ONU), et ne définit pas ses buts de guerre ; le gouvernement israélien dit ne plus être lié par les conventions d'armistice de Rhodes, en particulier en ce qui concerne la frontière libanaise. Les "objectifs minimums" définis par Israël sont Jérusalem, la bande de Gaza, des positions stratégiques en Cisjordanie, le Golan, ainsi qu'une libre-circulation dans le golfe d'Aqaba et le canal de Suez. Pour beaucoup, l'idéal serait la constitution d'un "grand Israël", de Suez au Golan en passant par le Jourdain.

A Jérusalem, les maisons proches du mur des Lamentations sont détruites et la population est expulsée pour agrandir l'esplanade d'accès. L'ancien quartier juif de la vieille ville (à l'est) est rénové pour y installer des Juifs. Plusieurs villages arabes sont rasés dans le secteur de Latrun, et des mesures d'expropriation de terrain sont prises. Tout cela permet à long terme la constitution d'une majorité démographique juive dans la région et facilite le départ des Palestiniens vers la Jordanie.

Israël contrôle donc toute la Palestine mandataire.

La Palestine après la guerre des Six Jours, juin 1967
La Palestine après la guerre des Six Jours, juin 1967


page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 page suivante



© Acontresens 2002-2017