liste des contrepoints histoire pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12


L'EVOLUTION DES TERRITOIRES OCCUPES A CETTE PERIODE: LE COLONIALISME ISRAELIEN A SON COMBLE


Sous le gouvernement d'Itzhak Rabin, de 1974 à 1977, les travaillistes acceptent la création d'implantations juives dans les régions densément peuplées : cette politique est liée à la grande influence du sionisme religieux, apparu après 1967, selon lequel l'installation des Juifs dans l'ensemble de la terre d'Israël est un impératif religieux.

Des colonies sont créées illégalement à partir de 1974, sans provoquer aucune protestation gouvernementale. Les travaillistes encouragent ainsi la création d'un "Grand-Israël" empêchant évidemment tout compromis territorial.

Tout prétexte est bon pour se saisir des terres palestiniennes, qui sont exclusivement accordées aux colons par l'Etat israélien ; à la fin des années 80, les Israéliens se sont emparés d'environ la moitié des terres de Cisjordanie et du tiers de celles de la bande de Gaza. Ces territoires sont un besoin vital pour l'agriculture et l'industrie israéliennes, qui nécessitent l'eau de Cisjordanie.

En Israël, la proportion des non-Juifs reste de l'ordre de 14 %, malgré les efforts d'immigration juive. Le rapport démographique dans les territoires occupés, et ce malgré la colonisation, reste grandement favorable aux Palestiniens.

Le gouvernement israélien cherche à enserrer les territoires occupés dans un filet policier étroit, en pratiquant menaces et sanctions : les services de renseignements israéliens se procurent de nombreux informateurs et collaborateurs, et se lancent dans des opérations de démantèlement des réseaux de résistance, instaurant ainsi un climat de méfiance et d'insécurité chez les Palestiniens, le gouvernement israélien recherchant des alliés dans la population arabe et pratiquant des sanctions très lourdes à l'égard des familles des résistants.

A partir de 1981, les grandes agglomérations palestiniennes sont soumises à une gestion directe d'administrateurs militaires israéliens. En 1982, des manifestations contre l'occupation sont durement réprimées par l'armée.


L'APPARITION DES ISLAMISTES ET LE RETOUR DE BÂTON


Dans leur lutte contre l'OLP, les autorités israéliennes tolèrent voire encouragent le développement des organisations islamistes, qui entreprennent une réislamisation autoritaire de la société palestinienne depuis les années 70. De nombreuses agressions sont perpétuées par ces nouveaux groupes contre les militants des tendances de gauche de l'OLP ; en même temps, certains membres du Fatah islamisants peuvent s'entendre avec les islamistes...

Les islamistes, qui reprennent le discours abandonné par l'OLP de libération totale de la Palestine par la lutte armée, deviennent les fers de lance du combat contre l'occupant à partir de 1986, montrant bien l'erreur énorme de la politique israélienne, similaire à celle des Etats-Unis pendant la Guerre Froide : encourager les ennemis de ses ennemis, pour finalement se rendre compte que les premiers sont bien pires que les seconds...



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 page suivante



© Acontresens 2002-2017