liste des contrepoints histoire pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6


ROSA PARKS ET LE BOYCOTT DES BUS DE MONTGOMERY : L’ENTRÉE EN SCÈNE DE MARTIN LUTHER KING


A Montgomery, en Alabama, trois quarts des usagers des bus sont des Noirs, mais les dix premiers rangs demeurent réservés aux Blancs, comme tous les autres sièges en cas de surcharge du bus. Le 1er décembre 1955, Rosa Parks, employée noire, refuse de céder sa place à un Blanc dans le bus ; elle est arrêtée par la police. En réaction, des activistes noirs se lancent dans un boycott des bus de la ville, boycott efficace puisque les bus se retrouvent pratiquement vides dans les jours qui suivent. Rosa Parks est cependant jugée, reconnue coupable et condamnée à payer une amende. Ses avocats font appel.

Pour coordonner les efforts des activistes, les leaders noirs et les pasteurs de la ville créent une association que préside le pasteur noir de 26 ans Martin Luther King. Celui-ci, inspiré entre autres par les méthodes non-violentes de Gandhi et une morale chrétienne très marquée, prône des « actes de non-coopération », et appelle à « agir, et non haïr » dès les premières manifestations de Montgomery.

L’association rencontre les compagnies de bus de la ville, mais les discussions ne donnent rien en raison de l’intransigeance des compagnies. Le boycott continue alors, tandis que les taxis noirs offrent des transports à prix réduit pour les Noirs ; ces taxis sont systématiquement harcelés par la police. L’association se réunit régulièrement pour mettre en place des actions, et Martin Luther King inquiète la police et la mairie de la ville et se fait arrêter pour un prétendu excès de vitesse à la fin du mois de janvier ; par ailleurs, une charge de plastic explose devant sa maison, et il subit de nombreuses menaces de mort.

Cependant, la municipalité ne cède pas. L’appel dans l’affaire Rosa Parks traînant, les militants ne peuvent que choisir d’attaquer directement la ségrégation auprès de la justice. Les activistes portent alors plainte devant la cour fédérale du district en contestant la constitutionnalité de la ségrégation pratiquée dans les bus de la ville. Les avocats de la NAACP préparent le procès, bien qu’ils ne soient pas franchement partisans des méthodes de boycott pratiquées à Montgomery. Une collecte de fonds est également organisée. La municipalité pratique au même moment des arrestations massives, ce qui attire l’attention de la presse américaine mais aussi internationale : 89 inculpés sont emprisonnés au nom d’une loi interdisant les boycotts en Alabama… King est libéré sous caution, et il se rend dans le Nord pour effectuer une tournée de discours et récolter des fonds. Début juin, la Cour fédérale du district condamne les règles ségrégationnistes pratiquée dans les autobus, et le maire de Montgomery décide alors de faire appel devant la Cour suprême, qui confirme le verdict en novembre : la ségrégation dans les bus est donc déclarée inconstitutionnelle.

Martin Luther King met dès lors en place des ateliers pour former les Noirs à la non-violence et les entraîner à faire face à toute hostilité dans un esprit d’ « amour et de bonne volonté », tandis que des Blancs reprennent violences et attaques : les églises noires, les maisons des militants sont brûlées.

En 1957, plus de 60 pasteurs noirs forment la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), présidée par Martin Luther King. Les Noirs sont de plus en plus nombreux à s’engager dans la lutte.


FACE AU SUD RACISTE CAMPÉ SUR SES POSITIONS, LES MILITANTS NOIRS OBTIENNENT CERTAINES VICTOIRES SYMBOLIQUES SANS GRANDE PORTÉE EN METTANT L’ÉTAT FÉDÉRAL EN FACE DE SES CONTRADICTIONS : L’EXEMPLE DE LITTLE ROCK


A partir de mai 1954, dans le Sud profond, un véritable défi est lancé par les habitants et les institutions locales aux institutions fédérales ; il faut dire que l’extrême réserve d’Eisenhower et de son gouvernement sur le sujet poussent d’autant plus les ségrégationnistes convaincus à défier la loi.

En Arkansas, la capitale Little Rock a déségrégué l’université, les bibliothèques, les parcs et les autobus ; de plus, 33 % des Noirs en âge de voter sont inscrits sur les listes électorales, ce qui est relativement élevé pour une ville du Sud. En profondeur cependant, les rapports interraciaux sont limités au strict minimum. En 1957, un seul lycée de la ville accepte d’inscrire quelques élèves noirs : neuf élèves soigneusement triés par l’administration. Devant la lenteur du processus, la NAACP réclame une intégration immédiate, porte plainte, mais perd le procès. Le gouverneur d’Arkansas Faubus pousse la Ligue des mères de Little Rock à entamer une procédure pour obtenir la suspension du plan d’intégration scolaire, à cause de prétendus risques de violence, et elles obtiennent gain de cause. La NAACP fait appel.

La veille de la rentrée scolaire, Faubus mobilise la Garde nationale de l’Etat autour du lycée et avertit que si les élèves noirs tentent de rentrer dans le lycée, « le sang coulera dans les rues ». Aucun des neuf noirs ne parvient à pénétrer sur le campus, mais sous les conseils des militants ils refusent de retourner dans un lycée noir. La Garde nationale bloque les abords de l’école. Eisenhower est dès lors contraint d’intervenir, le gouvernement étant directement défié. Il tente de convaincre Faubus, mais en vain. Fin septembre, des centaines de ségrégationnistes bloquent l’accès au lycée, chassent des journalistes qui parviennent à prendre des photos. Les lycéens noirs sont entrés dans le lycée par une porte latérale, et ils sont évacués par la police, sauvés de peu du lynchage que préconisait la foule. Le maire de la ville, tranchant avec l’attitude du gouverneur de l’Etat, décide alors d’agir et demande à Eisenhower de faire intervenir les troupes fédérales : il déclare : « nos opinions personnelles quant à la décision [de la Cour suprême] n’ont pas d’influence en ce qui concerne son application […] Il ne peut être permis à la loi de la populace de primer sur les décisions de nos tribunaux ».

Le 25 septembre, Eisenhower envoie les troupes fédérales : armée, jeeps, hélicoptères et parachutistes assurent l’entrée dans le lycée des neuf Noirs… Quand les militaires se retirent quelques jours plus tard, les étudiants subissent coups et insultes à l’intérieur de l’établissement. A la rentrée de l’année suivante, le gouverneur Faubus fait fermer les écoles publiques pour ne pas avoir à faire appliquer l’ « arrêt Brown » . La Virginie agit de même ; la Cour suprême déclare ces fermetures inconstitutionnelles. En 1960, à la Nouvelle-Orléans, des émeutes éclatent suite à l’intégration de 4 petites filles noires dans une classe de cours préparatoire.

L’intégration scolaire est dès lors transformée en question nationale. Le Sud se raidit dans ses traditions racistes, tandis qu’une nouvelle génération de militants fréquente les universités.


ÉTAT DES LIEUX A LA FIN DES ANNÉES 50


A la fin des années 50, le mouvement noir semble quelque peu dispersé en raison de rivalités personnelles et de divergences politiques quant aux objectifs fixés, notamment entre la SCLC, la NAACP, et des groupes locaux. La SCLC a par ailleurs quelque peu perdu de son aura après la fin du boycott de Montgomery.

En 1956, Eisenhower propose une loi en faveur du droit de vote pour tous, mais ce projet se trouve en difficulté au Congrès. Il est finalement adopté en septembre 1957 ; la législation demande la formation d’une commission sur les Droits civiques, et étend les compétences du ministre de la justice qui peut maintenant porter plainte pour défendre l’accès aux urnes des Noirs. Cette question du vote va dès lors occuper une place très importante dans le combat noir qui s’engage contre toute forme de ségrégation : déjà entamé depuis quelques années, le mouvement des Droits civiques est désormais lancé et déterminé.


Sources

Histoire des Noirs américains au 20ème siècle, Nicole Bacharan
Les Noirs aux Etats-Unis, Claude Fohlen
La société américaine, 1865-1970, Claude Fohlen
Histoire intérieure des Etats-Unis au 20ème siècle, Jacques Portes et Pierre Melandri


PJ
mise en ligne : 26.01.2004




DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6



© Acontresens 2002-2017