liste des contrepoints histoire pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8


MARTIN LUTHER KING A BIRMINGHAM


L’épisode d’Albany a quelque peu affaibli la position de la SCLC, mais l’association doit alors se lancer dans une bataille des plus difficiles, à Birmingham. Dans cette ville d’Alabama, les traditions sudistes perdurent, le Ku Klux Klan est très actif et la police est ouvertement raciste.

Le révérend Shuttlesworth de Birmingham, membre du Mouvement Chrétien d’Alabama pour les Droits de l’Homme, proche de la SCLC, rejoint les étudiants qui boycottent les magasins. Mais le Ku Klux Klan allié à la police menace les commerçants et leur ordonne de maintenir la ségrégation.

La SCLC met alors en place un projet dit « Projet C » (C comme confrontation), car King et ses partisans savent bien que les Sudistes ne peuvent se laisser convaincre par les bons sentiments, mais que, par contre, la pression des évènements et de l’opinion publique peuvent pousser les autorités, aussi racistes soient-elles, à agir. Il s’agit donc pour les militants de provoquer la violence.

En avril 1963, le SCLC démarre la campagne qui tend à la déségrégation des bars. Les militants sont arrêtés. En réaction, le tribunal local interdit toute forme de manifestation. Cette fois, à la différence d’Albany, Martin Luther King donne l’exemple de la désobéissance civile et se fait emprisonner. Il est libéré après une intervention du président Kennedy.

Le pasteur décide d’associer au mouvement les lycéens et écoliers noirs. Le 2 mai, une marée d’enfants manifeste jusqu’à l’hôtel de ville, et le soir, plus de 1000 d’entre eux sont arrêtés par la police. Le 3 mai, 2000 enfants manifestent. La police réquisitionne les lances à incendie des pompiers pour disperser les enfants, et lance les chiens ; les marcheurs se réfugient dans l’église : les photos de la répression font la une des journaux.

Au fil des jours, les manifestations prennent de plus en plus d’ampleur, et les prisons débordent. Certains journalistes et militants contestent les méthodes de King en déclarant que les progrès viennent d’une éducation en profondeur, d’un travail patient, et non de provocations. Des émeutes ont lieu dans la ville. Le 10 mai, la SCLC annonce un accord ; mais tout le monde ne l’entend pas ainsi, et les Noirs font face dans les rues à la Garde nationale, que JFK fédéralise en plus d’envoyer des troupes fédérales ; le président impose le retour au calme.

Kennedy se lance enfin dans des discours contre la ségrégation : « la race n’a pas de place dans la vie ou dans la loi américaine ». Mais les ségrégationnistes ne baissent pas les armes, et un secrétaire de la NAACP est abattu.


LE NOUVEAU PROJET DE LOI DE KENNEDY


Le 19 juin, JFK présente son projet de loi au Congrès : il s’agit de proscrire la ségrégation dans tous les lieux publics, d’habiliter le ministère de la Justice à engager des poursuites pour permettre l’intégration scolaire, et d’interrompre le financement des programmes sociaux discriminants.


LA GRANDE MARCHE SUR WASHINGTON (23 AOUT 1963) : LE « RÊVE » DE MARTIN LUTHER KING RATTRAPÉ PAR LES INCOMPATIBILITÉS DE VUE ENTRE MILITANTS ET LA REALITÉ RACISTE AMÉRICAINE


La popularité de Martin Luther King est alors à son comble, et il a l’idée d’une marche nationale, à l’image de ce que Randolph avait voulu lancer pendant la Seconde Guerre mondiale ; ce dernier est d’ailleurs également partisan du projet, que JFK désapprouve.

Mais Martin Luther King et Randolph insistent sur la nécessité d’orienter le mécontentement des Noirs vers un mouvement discipliné et non-violent. Finalement, fin juin, Kennedy donne son aval.

Reçu le 22 juin à la Maison Blanche, King est averti par le président lui-même surveillé de près dans sa vie privé par le FBI que John Edgar Hoover le surveille et le soupçonne tout comme de nombreux membres du Congrès d’être communiste. Le président lui demande de rompre avec certaines personnes de son entourage ; mais le pasteur n’est pas décidé à obtempérer. Il est mis sur écoute et traqué par le FBI : Hoover ne le lâchera plus, envoyant par exemple des lettres anonymes à sa femme pour la prévenir des infidélité conjugales de son mari, ou tentant de semer la discorde au sein de la SCLC.

Lors de la grande marche, toutes les rivalités entre leaders sont tues pour un moment, et des organisations juives, protestantes et catholiques s’allient au mouvement. L’AFL-CIO est absente car elle ne souhaite pas prendre parti… mais des syndicalistes approuvent à titre individuel la marche. Pendant tout l’été 1963, plus d’1 million de personnes manifestent dans le Nord, dans une vaste campagne pour l’emploi et le boycott des loyers. Le 28 août, Washington est envahi d’une foule calme : 250 000 personnes défilent, dont un quart de Blancs.

Lewis, du Snick, avait rédigé un discours incendiaire prenant violemment à parti le gouvernement Kennedy ; mais Randolph le convainc de ne pas le prononcer, pour éviter que les adversaires du projet de loi de Kennedy trouve en ces attaques un argument de plus pour le critiquer. C’est ce jour là que King prononce son fameux discours « I have a dream ».

Le 15 septembre, l’église de Birmingham est dynamité ; 4 fillettes sont tués. La non-violence commence sérieusement à être remise en cause par les Noirs, et une émeute éclate et fait deux morts.

Kennedy est tué à Dallas le 22 novembre.


LES ACTIONS DU SNICK POUR LE VOTE DES NOIRS : L’« ÉDUCATION POPULAIRE » DANS LE SUD


Le nouveau président Johnson soutient le mouvement des Droits civiques depuis 1957.

Dans le Sud, les Noirs ne peuvent pas voter, même dans les villes ou districts où ils sont majoritaires. Le Snick recrute des volontaires dans les universités du Nord pour aller inscrire les Noirs sur les listes électorales dans le Mississippi. Le mouvement lance sa campagne dite d’ « été de la liberté » visant à inscrire des milliers de Noirs sur les listes électorales et défier le parti démocrate du Mississippi.

Des enfants de la bourgeoisie noire et blanche du Nord sont envoyés pour animer des « écoles de la liberté » où ils enseignent la lecture, le calcul mais aussi l’histoire noire ; ils apportent également de l’assistance médicale et organisent des évènements culturels.

Les étudiants passent de ferme en ferme, aident et incitent les Noirs à remplir les formulaires d’inscription pour les listes électorales. A l’été 1964, 17000 Noirs font une demande d’inscription, mais seuls 1600 sont effectivement inscrits sur les listes, les autres étant refusés pour des prétextes toujours plus improbables. Les militants envoient tous les formulaires refusés au ministre de la justice. La réalité raciste du Sud a raison de la conviction militante légaliste du Snick, tandis que Johnson est convaincu que sa réélection passe par le soutien des démocrates traditionnels du Sud, traditionnellement racistes, et ne souhaitent par conséquent pas trop appuyer la cause du vote noir.



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 page suivante



© Acontresens 2002-2014