liste des contrepoints histoire pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8


LA LUTTE STÉRILE DE MARTIN LUTHER KING DANS LES GHETTOS DU NORD : CHICAGO


Martin Luther King est persuadé que les conditions sociales et économiques sont la racine du problème des Noirs dans le ghetto, et il tente de lancer un mouvement à Chicago depuis 1965 pour attirer l’attention sur cette détérioration économique et sociale.

En juillet 1965, il visite plusieurs villes du Nord. A New York et Philadelphie, les leaders noirs ne souhaitent pas sa présence. A Chicago, les Noirs subissent une insatisfaction croissante pendant les années 60. Ils représentent un quart de la population de la ville. Le maire de la ville souhaite renforcer sa coalition de votants et offre aux Noirs des emplois à la mairie tout en soutenant le combat de King à Birmingham et Selma, et il lance un programme de lutte contre la pauvreté dans les quartiers noirs.

700 000 Noirs sont regroupés dans deux immenses ghettos (West Side et South Side), où la discrimination règne en matière d’emploi, de logement et de scolarité. Les sections locales de la NAACP et du CORE protestent contre cette politique d’exclusion. Le problème principal semble être le problème scolaire : les écoles blanches sont sous-occupées, et les noires tellement peuplées qu’elles doivent pratiquer une scolarité double (changement d’élèves le matin et l’après-midi).

Les militants n’obtenant rien, ils demandent l’aide du très populaire King. Le maire y est hostile, mais ne le condamne pas, habilement, mais il souhaite priver la SCLC de toue efficacité. En face, certains syndicats, des églises protestantes et catholiques blanches soutiennent le pasteur. Les Black Muslims de Chicago sont hostiles à King, et beaucoup le trouvent trop modéré, tandis que certains bourgeois noirs contents de leur condition craignent qu’il soit trop révolutionnaire… La NAACP et certains pasteurs noirs ne se joignent pas au mouvement.

King et ses partisans tentent de fédérer la population mais se trouvent face à face avec la passivité de la grande masse du ghetto ; ils se rendent alors compte que le problème scolaire doit être étendu au problème global de la ville, qu’une « guerre aux taudis » doit être déclarée (en janvier 1966).

En février, le maire annonce un programme pour nettoyer les taudis. Luther King récupère les loyers pour payer des nettoyeurs. En juin 1966, le pasteur lance un grand projet contre la discrimination dans le logement baptisé « ville ouverte », qui devient très populaire : en juillet, une grande foule manifeste avec lui devant la mairie. Il inclut également dans ce mouvement des revendications scolaires et pour un revenu minimum. Le lendemain, 11 juillet, la maire rencontre les leaders mais refuse de s’engager.

Des émeutes éclatent alors pendant 4 jours. Le 29 juillet, des manifestants montent la garde devant une agence immobilière ségrégationniste ; une foule les en chasse, et le lendemain, des manifestants noirs sont reçus à coup de briques et leurs voitures sont brûlées. La police ne fait rien.

Le 5 août, King se fait jeter une pierre dans la tête. Cette fois, ce ne sont plus des fanatiques incultes du Sud qui huent les militants noirs, mais bien des ouvriers de petite classe moyenne des grandes villes industrielles, la plupart du temps immigrés de seconde génération, qui veulent la préservation de leurs acquis sociaux et économiques et craignent de voir les Noirs les chambouler.

A l’initiative de Jesse Jackson, futur candidat aux élections présidentielles, une marche est organisée dans le quartier ouvrier de Cicero où travaillent 15 000 Noirs sans pouvoir y habiter. Le Ku Klux Klan et le Parti National se rendent à Chicago. MLK négocie avec le maire et des agents immobiliers, et ils parviennent apparemment à un accord le 26 août. Le projet de marche est annulé. Le mouvement se divise, et 250 marcheurs se rendent tout de même dans les rues de Cicero le 3 septembre. 3000 policiers évitent les affrontements avec la foule hostile, et la manifestation et ses revendications passent totalement inaperçues. Le mouvement et l’action de King ont été stériles.


LA RADICALISATION DE MARTIN LUTHER KING AVANT SA MORT


En avril 1966, le Congrès a enterré le projet de Johnson sur les droits civiques lié en particulier au problème du logement ; les représentants de la nation incarnent bien cette « réaction blanche » prônée par les plus racistes. En Georgie, un gouverneur ouvertement raciste est élu. King est découragé face à l’échec de Chicago ; de plus, il est régulièrement menacé de mort, traqué par le FBI, et subit de graves problèmes financiers.

Pendant l’automne et l’hiver 1966-67, l’état d’esprit et le message du pasteur évoluent tandis qu’il continue à parcourir le pays. Il est sans doute beaucoup plus pessimiste, et dit qu’il faut sans doute « renoncer à l’idée […] que le racisme représenterait simplement un dérapage occasionnel par rapport à la norme »… « Nous avons un très long chemin à parcourir » : la naïveté originelle est bel et bien perdue.

Mais King va plus loin, en s’en prenant de plus en plus au système américain : « il y a quelque chose qui ne va pas dans le capitalisme » et « le plus grand problème […] de l’Amérique est qu’elle abrite 35 millions de pauvres alors que ses ressources sont si vastes que l’existence même de la pauvreté est un anachronisme ».

Il défend l’idée d’un revenu minimum, d’une redistribution fondamentale des richesses, tout en confirmant son refus d’un séparatisme et sa foi en la non-violence ; mais il analyse l’avenir du mouvement en termes de rapports de forces, et non plus en en appelant la bonne volonté de ses adversaires, tout en déclarant que « l’intégration véritable signifie le partage du pouvoir ».

En avril 1967, il prend publiquement position contre la Guerre du Vietnam, ce qui confirme pour le FBI le soupçon d’appartenance au Parti communiste : la guerre sacrifie un nombre considérable de dépenses qui auraient pu être consacrées à des programmes sociaux, le pourcentage des Noirs dans l’armée est anormalement élevé, et le système américain est tout simplement à remettre en cause : « le communisme est une condamnation de notre échec à établir une démocratie véritable ». Il en appelle à une « révolution des valeurs », et à l’objection de conscience.

Des partisans de la SCLC le désavouent publiquement, la presse le critique. Johnson, quant à lui, refuse à jamais d’adresser la parole au pasteur. Cette radicalisation relative de King suscite par contre un certain respect de la part des militants noirs des grandes villes, qui jusqu’ici le rejetaient.

Robert Kennedy, qui a lui aussi modifié son discours et son approche, et en course pour l’élection présidentielle, s’inquiète du sort des Noirs du Sud et recommande à King d’ « amener les pauvres du pays à Washington » : cette « campagne des pauvres » prévoit une désobéissance civile massive. Au même moment, fin mars, King est appelé à Memphis pour soutenir des éboueurs en grève. Le 28 mars, une émeute est déclenchée dans la ville, et les militants du « Black power » s’oppose ici frontalement au combat pour les Droits civiques. La presse tient King pour responsable. Il s’en va puis revient à Memphis le 3 avril, où il prononce ce discours : « J’aimerais vivre une longue vie […] mais cela ne me préoccupe plus. […] Et je suis heureux ce soir. Je ne m’inquiète de rien. Je n’ai peur de personne. Mes yeux ont contemplé la gloire de Dieu ».


LA MORT DE MARTIN LUTHER KING : LA FIN DU MOUVEMENT DES DROITS CIVIQUES


Le lendemain, au balcon de sa chambre d’hôtel, il reçoit une balle dans la mâchoire, qui lui brise la colonne vertébrale ; à l’annonce de sa mort, une énorme explosion de violence se produit dans une centaine de grandes villes du Nord, faisant au total 46 morts, 3000 blessés, et presque 30 000 arrestations. Après sa mort une nouvelle loi est votée contre la discrimination dans le logement, mais une autre est également votée contre les émeutes…

Martin Luther King est enterré le 9 avril à Atlanta, en présence de très nombreuses personnalités publiques (mais Johnson n’assiste pas à l’enterrement). Des zones d’ombre subsistent autour de sa mort.

La SCLC tâche vainement de retrouver un second souffle, tandis que la NAACP et la Ligue urbaine continuent leurs actions. Le « Black power » et le Black Panther Party appellent à la révolte.

Le 5 juin 1968, Robert Kennedy est assassiné à Los Angeles après avoir remporté les primaires de Californie. Le désarroi est encore plus grand chez les militants des Droits civiques. La « campagne des pauvres » est maintenue à Washington, où un vaste campement est installé et nommé « Resurrection City », autour en particulier de Jesse Jackson. Les incidents se multiplient cependant entre jeunes, ainsi que des conflits entre différents groupes ethniques. Les volontaires partent le 19 juin, et 5 jours plus tard la police démantèle le campement et chasse les derniers pauvres à coups de grenades lacrymogènes.

Le mouvement des Droits civiques est mort en même temps que King ; plus jamais les militants noirs ne pourront rassembler en une coalition l’ensemble des forces progressistes du pays, tant les problèmes sont graves et les intérêts divers, à un moment où sur la scène mondiale les idées révolutionnaires ont un retentissement considérable et où la remise en cause totale du système ne semble pas utopique.



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 page suivante



© Acontresens 2002-2017