liste des contrepoints histoire pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8


LA RÉSISTANCE AU « BUSING » OU LA (RE)SÉGRÉGATION SCOLAIRE


En 1968, la Cour suprême avait exigé que soient préparés des plans d’intégration scolaire susceptibles de fonctionner immédiatement ; elle avait propose l’emploi d’autobus pour amener les élèves hors de leurs quartiers de résidence. C’est cette pratique que l’on a surnommée « busing ».

En 1970, les progrès en terme d’intégration scolaire sont encore un rêve : les écoles intégrées demeurent l’exception dans le Sud, et sont encore plus rares dans le Nord, et les réticences au système du busing révèle la profondeur de la résistance à l’intégration : Nixon est opposé au busing, et fait en sorte que le ministère de la justice ralentisse l’application du décret de la Cour suprême. En réaction, des militants noirs accusent publiquement Nixon d’infraction à la loi. La NAACP obtient gain de cause en portant plainte devant la Cour suprême, qui confirme à nouveau son appui au busing en 1971.

Mais l’opposition est surtout palpable dans la société américaine. A Boston, les écoles noires sont surpeuplées, et en 1974 des parents portent plainte contre les autorités qui selon eux freinent l’intégration ; le jugement conclue que la ville de Boston a agi à maintes reprises dans l’intention délibérée de ségréguer les écoles. Mais beaucoup d’ouvriers parents d’élèves ne l’entendent pas ainsi et sont personnellement opposés au busing. La tension monte, et des affrontements ont lieu le jour de la rentrée. Pour éviter le mélange avec des enfants noirs, les Blancs partent de plus en plus en banlieue et inscrivent leurs enfants dans les écoles privées. Les écoles déjà peu intégrées sont ainsi reségréguées de fait, et le même scénario se produit dans de nombreuses autres villes américaines.

Ford, président intérimaire après la démission de Nixon, n’accorde aucun crédit pour les programmes sociaux sans pour autant remettre en cause le système bien qu’il y soit personnellement opposé. Carter, lui, démocrate du Sud profond, a grandi dans des principes de tolérance et d’égalité raciale, et il sollicite le vote noir : en novembre 1976, il est élu avec 94 % des suffrages noirs : grâce aux nouvelles inscriptions sur les listes électorales, il conquiert tous les Etats du Sud sauf la Virginie. Mais il ne fera rien de particulier en faveur des Noirs.

Ces réticences aux programmes d’aide aux Noirs émises par de nombreux Blancs met en lumière tous les dilemmes de l’affirmative action.


LE DILEMME DE L’AFFIRMATIVE ACTION


L’affirmative action, présentée par JFK en 1961 et dont les principes ont été définis en 1965 par Johnson, consiste, pour les entreprises privées et l’administration, à « réparer » les dommages engendrés par des siècles de discrimination en faisant un effort délibéré pour embaucher et promouvoir des employés noirs à tous les niveaux de responsabilité. Selon le principe, les Noirs doivent constituer dans tous les emplois et dans toutes les sociétés un pourcentage égal à celui qu’ils occupent dans la population.

En 1968, le ministère du travail précise les délais, mais n’instaure pas de quotas, car ceux-ci auraient défié le capitalisme et les principes constitutionnels d’égale protection des lois. Cependant, sous les pressions administratives et judiciaires, l’affirmative action progresse. Carter nomme un grand nombre de Noirs à des postes de responsabilité, mais n’impose rien, face à un taux d’inflation très élevé et au déficit budgétaire qui occupent l’essentiel de sa politique. On atteint dans ces années un taux de chômage record chez les Noirs. La récession touche également les autres Américains, et les groupes conservateurs s’élèvent contre le busing et l’affirmative action et globalement contre toute intervention gouvernementale, en plus de militer pour le maintien de la prière obligatoire dans les écoles et contre l’avortement. De plus en plus, d’autres minorités revendiquent une discrimination positive en leur faveur, et privent au final les Noirs de leur spécificité : les revendications noires sont noyées, le sort historique très spécifique des Noirs est gommé.

En 1974, l’affirmative action révèle son dilemme au grand jour. Alan Bakke, étudiant blanc, porte plainte contre son université en déclarant que la procédure de sélection le prive de l’égale protection des lois garantie par le XIVème amendement. La Cour suprême est sollicitée en octobre 1977. Des groupes juifs associés à des groupes conservateurs rejettent le principe de la préférence raciale, contraire selon eux à la Constitution et réduisant l’individu à la couleur de sa peau. En juin 1978, la Cour suprême rend son jugement : elle ordonne l’admission de Bakke à la faculté de médecine, sans pour autant remettre en cause l’affirmative action, tout en condamnant cependant le système des quotas, déclaré inconstitutionnel : l’affirmative action n’est donc pas nécessairement en contradiction avec la Constitution, mais elle n’est pas non plus une obligation légale. Le juge noir Thurgood Marshall, ayant une opinion dissidente, signale que le XIVème amendement n’empêche pas de remédier aux injustices historiques… l’argument est également avancé par les militants et la communauté noirs. Mais le dilemme de l’affirmative action est insoluble, et le cas par cas fait tomber les énoncés généraux du principe.


LA « NOUVELLE DROITE » AU POUVOIR : LE PROBLÈME NOIR SERAIT RÉGLÉ


En août 1979, Andrew Young, représentant noir des Etats-Unis à l’ONU nommé par Carter, rencontre Yasser Arafat alors que le gouvernement interdisait tout contact avec l’OLP avant la reconnaissance d’Israël par l’organisation palestinienne. Young démissionne. Les leaders noirs condamnent Israël pour ses relations avec l’Afrique du Sud, et approuvent la rencontre entre la SCLC et Arafat.

En décembre 1979, un bourgeois noir tranquille de Miami est battu à mort après avoir grillé un feu rouge par quatre policiers. Au mois de mai 1980, le jury entièrement blanc acquitte les quatre prévenus. Le verdict déclenche trois jours d’émeutes qui feront 17 morts, 10 noirs et 7 blancs.

Les Noirs votent quand même à 90 % pour Carter, mais Reagan est élu et les sénateurs partisans de la lutte pour les Droits civiques perdent leur siège. La « nouvelle droite » ne croit plus que les solutions aux problèmes sociaux peuvent se trouver entre les mains du gouvernement (et à la charge du contribuable…), et dénonce une « mentalité d’assistés » ; elle considère en fait l’égalité raciale obtenue. Reagan nomme le Noir Colin Powell au Conseil national de Sécurité ainsi que plusieurs autres noirs dans son administration, tous ultraconservateurs. 75 % des entreprises travaillant avec l’Etat sont dispensés de respecter les normes à l’égard des minorités. La Cour suprême quant à elle est de plus en plus conservatrice.

Officiellement, pour le gouvernement, le « problème noir » a ainsi disparu, alors que les ghettos noirs sont presque totalement en marge de la société américaine et en proie à une violence de certains de leurs habitants, strictement apolitique (le mouvement politique noir étant quasiment nul) et pouvant se déclencher à tout moment.

Le militant noir Jesse Jackson échouera pour obtenir l’investiture démocrate pour les élections présidentielles de 1988, et finira par soutenir Bill Clinton en 1992. Cette même année est celle de l’affaire Rodney King et des émeutes sanglantes de Los Angeles.


EN GUISE DE CONCLUSION, UNE ANALYSE DES ÉMEUTES DE LOS ANGELES


Les émeutes de 1992 à Los Angeles ont pour point de départ le verdict du procès ayant fait suite au passage à tabac policier extrêmement violent du chauffard récidiviste Rodney King après un délit de fuite, en mars 1991. La scène est filmé par un passant : Rodney King est frappé à terre par les policiers 26 fois en 81 secondes, et échappe de peu à la mort.

Sur la demande des avocats des accusés, la cour d’appel accepte de déplacer le lieu du procès des policiers et de recruter un jury dans un quartier aisé, habité par plus de 20% de policiers blancs. Rodney King ne comparait pas à la barre. Les images du tabassage sont projetés lors du procès. Mais les policiers sont acquittés.

Après l’annonce du verdict les ghettos de Los Angeles s’embrasent. Il nous a paru judicieux de conclure le dossier sur quelques réflexions à propos de ces évènements écrites par Philippe Paraire dans son excellent ouvrage (Les Noirs américains, généalogie d’une exclusion), qui avec un ton souvent ironique et pour le moins pessimiste fait le tour de la question noire aux Etats-Unis, dans son histoire et son actualité (jusqu’en 1992). Cette analyse demeure celle d’un auteur et ne saurait sans doute convaincre tout le monde : le militantisme noir n’est pas mort et a survécu à travers des héritiers de Malcolm X en particulier, aussi divers soient-ils (on peut penser au mouvement MOVE de John Africa duquel est proche Mumia Abu-Jamal, ou encore aux revendications politiques d’artistes noirs comme Public Enemy qui se placent en filiation directe avec le militantisme radical des années 60) ; mais la réalité de la décomposition sociale et du conservatisme (raciste) profond a indéniablement pris le pas sur l’espoir d’un changement politique porté par un militantisme organisé.

« L’émeute de 1992 n’a pas la pauvreté pour cause, mais seulement pour prétexte et pour décor ; c’est plus une révolte de la frustration qu’une rébellion sociale ; en réalité, le matraquage publicitaire crée tellement de faux besoins dans les mentalités des Noirs des ghettos que des milliers de personnes sont actuellement en prison pour des années, après avoir seulement dévalisé les rayons de survêtements et de chaussures de sports ainsi que les départements vidéo des grands magasins. Il est significatif d’observer qu’une infime minorité de pillards sont accusés de vol de nourriture, ou d’attaque de banques, et encore moins de violences contre les forces de l’ordre, curieusement absentes durant la première journée. Los Angeles 1992 n’est ni une émeute pour les droits civiques (les Noirs, de nos jours, ne votent pas plus que les Blancs, après s’être battus pourtant avec acharnement pour l’égalité civique), ni une jacquerie du Tiers-Monde, du type Sao Paulo ou Kinshasa. Simplement, le modèle idéologique imposé par le mode de vie blanc, véhiculé par la publicité, les séries télévisées, le cinéma et le show-business crée un sentiment collectif de paupérisation relative qui dégénère en complexe de frustration.

[…]Il paraît assez clair au vu des évènements, que la généralisation des fantasmes de la haine raciale […] a empêché l’éclosion d’une conscience révolutionnaire chère aux penseurs anciens. Car la majorité des Noirs a désapprouvé les violences. Non seulement la population totale de South Central n’était pas sur les lieux des incendies, des meurtres et des pillages, loin s’en faut, mais, en plus, les scènes de solidarité collectives, au moment du nettoyage des rues de la ville par les habitants noirs et hispaniques de South Central ont montré l’aveuglement des pillards : c’est l’environnement urbain du ghetto, déjà pauvre, qui avait été le plus durement touché par la violence de la foule. On comprend bien dans ces conditions pourquoi les leaders institutionnels du mouvement noir auraient préféré que l’émeute se fixât des objectifs plus politiques ; mais le confinement a joué plein son rôle stratégique (celui, sans doute, pour lequel il a été conçu) : les émeutiers ont trouvé face à eux la garde nationale qui leur a coupé la route des quartiers chics du Nord et de l’Ouest. Les leaders du NAACP et de l’AME, ainsi que Jesse Jackson lui-même, ont appelé au calme parce qu’ils ont immédiatement compris la pauvreté politique de l’émeute et son manque absolu de perspectives. Rodney King, manipulé par le Ministère public, a fait de même ; tous les Noirs établis avaient compris, dès les premiers incendies et les premiers morts, que la frange la plus décidée et incontrôlable des ghettos ne serait pas suivie par la masse noire. Celle-ci, dépolitisée par quinze ans de déceptions successives, est restée sceptique quant aux chances de victoire militaire contre le système blanc, en l’absence d’une réelle organisation du type Black Panthers ou Black Muslims, qui avaient en leur temps su jouer un rôle politique d’encadrement et de direction déterminants
. »

Evoquant la prolifération des gangs (dont font partie plus de 100 000 Noirs et Hispaniques dans la seule ville de Los Angeles) et les pillages lors des émeutes de 1992, Philippe Paraire conclue : « Causes futiles de duels à l’arme à feu, vendetta dont les raisons finissent par se perdre, tradition et sens de l’honneur, tabassages, lynchages, rien dans ces pratiques ne peut aider à la renaissance d’une identité noire. Tout cela se construit à partir des fantasmes meurtriers du cinéma ou des bandes dessinées crées par le monde blanc. Dès lors, on peut se demander si le déficit d’identité de la communauté afro-américaine des Etats-Unis n’a pas atteint un tel degré qu’il soit difficile de parler encore d’une nation noire dans ce pays… ».


Sources
Histoire des Noirs américains au 20ème siècle, Nicole Bacharan
Les Noirs aux Etats-Unis, Claude Fohlen
La société américaine, 1865-1970, Claude Fohlen
Histoire intérieure des Etats-Unis au 20ème siècle, Jacques Portès et Pierre Melandri
Les Noirs américains, généalogie d’une exclusion, Philippe Paraire


PJ
mise en ligne : 01.03.2004




DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8



© Acontresens 2002-2017