liste des contrepoints histoire pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5


Atelier : Contrôle et usage du système judiciaire et les prisonniers politiques de guerre


L'actuel système judiciaire aux États-Unis n'est rien d'autre qu'un instrument et un outil de gouvernement de classe, représentant la volonté de la classe dirigeante raciste. Les lois elles-mêmes et les procédures comme la caution, correspondent aux us et coutumes de la classe dirigeante.
En ce moment, celui de l'étape transitoire nous amenant à la société post-révolutionnaire, nous appelons à la création de tribunaux révolutionnaires populaires. La fonction de ces tribunaux sera de juger les révolutionnaires qui peuvent être en même temps en procès dans le système judiciaire de la classe dirigeante. Ces tribunaux seront décentralisés et installés en dehors de la zone où les incidents et les crimes supposés ont eu lieu.
Pendant que la lutte continue, le peuple doit apprendre à manipuler et utiliser le système judiciaire existant à travers les procès politiques, afin de développer une conscience révolutionnaire et démontrer la véritable nature du système judiciaire corrompu.
Les tribunaux doivent servir le peuple et, dans cette société raciste, cela ne peut se faire qu'avec un jury de pairs. Il faut comprendre que les lois ne sont qu'une question d'interprétation directement influencée par les origines sociales, économiques et raciales. Alors si quelqu'un va être jugé, il doit l'être par un jury de pairs et non selon les standards et les idées de la classe dirigeante.
Si nous parlons de créer un système judiciaire fondé sur le principe d'humanité, nous devons parler de la transformation de toute la société. Ainsi il devient indispensable de définir nous mêmes ce qui est criminel.
Par conséquent :
Les principes sont au fondement de la mise en œuvre de la volonté du peuple. Et si nous parlons de légalité, de criminel et de crime, nous devons d'abord parler du crime absolu. C'est le crime de l'exploitation de l'homme (" man ") par l'homme et le système judiciaire qui l'avalise et le maintient.
Parce que l'exploitation prive le peuple de ses besoins primaires et des fruits de son travail, il s'agit du crime suprême et les exploiteurs sont les criminels suprêmes.
Nous pensons que toutes les ressources naturelles de la terre appartiennent au peuple, et toute forme d'exploitation, d'usurpation du travail des hommes et des ressources naturelles de la terre est une attaque contre la survie de l'homme et un crime. Toute action qui dénie le droit des êtres humains à vivre est un crime contre le peuple. Par conséquent, si le peuple contrôle sa destinée et assure lui-même sa propre survie, alors nous devons avoir un système judiciaire qui garantit l'abolition de toutes les formes d'exploitation.
Nous reconnaissons que le bras armé de l'État, la police fasciste, protège le crime et mène des actions criminelles. Non pas parce que la police est criminelle par nature, mais parce que la fonction de la police et des forces armées dans une société capitaliste est criminelle par nature. Alors nous pensons que la police doit venir de la communauté dans laquelle elle vit et qu'il ne doit pas y avoir de distinction entre le peuple et la police en raison de leur fonction.
Chaque homme (" man ") naît avec le droit de vivre, le droit au partage des richesses. Si on lui dénie le droit de travailler, alors on lui dénie le droit à la vie. S'il ne peut pas travailler, il mérite un niveau de vie élevé, sans considération de son éducation et de ses compétences. C'est aux administrateurs du système économique de construire un programme pour fournir un emploi ou un revenu. Le lui refuser, c'est lui refuser la vie.
Parce que la présente constitution garantit notre droit de vivre, alors qu'en pratique on nous dénie ce droit humain fondamental, nous listons les orientations suivantes qui sont essentielles à notre survie et notre prospérité :

  1. Tous les jurés doivent faire partie du groupe des pairs de l'accusé.

  2. Tous les tribunaux doivent être des tribunaux populaires.

  3. Toutes les décisions du peuple doivent être mises en application collectivement par le peuple.

  4. Aucun juge, aucun policier, aucun avocat ne doit servir plus qu'une année dans n'importe quelle position administrative et sans que sa nomination ne soit révisée par le peuple.



Pour nous le peuple, ces orientations sont les meilleurs pré-requis pour garantir un système juste et humain.


Droits des peuples opprimés et des prisonniers politiques

  1. A cause des actes génocidaires du gouvernement des États-Unis contre le peuple du pays et les peuples du monde : Les peuples opprimés (toute classe, tout groupe ethnique ou tout groupe social dont les droits sont déniés d'une manière ou d'une autre par un autre groupe) ont le droit absolu et la responsabilité de se défendre par tous les moyens nécessaires et efficaces contre toutes les formes d'agression, que cette agression se fasse par un acte violent direct ou par la violation de leurs droits humains, parmi lesquels les droits à l'alimentation, à l'habillement, au logement, à la santé, à l'éducation et le droit inaliénable à l'autodétermination.

  2. Le peuple a non seulement le droit de se défendre par tous les moyens nécessaires, mais il a aussi le droit de s'organiser contre toutes formes d'oppression et d'exploitation, de transformer ou d'abolir toutes les structures judiciaires actuelles et de réorganiser la société pour le bénéfice du peuple.

  3. Parce que le système judiciaire des États-Unis n'existe que pour servir la classe dirigeante et faciliter l'oppression et l'exploitation du peuple, les personnes détenues en prison n'ont pas été nécessairement incarcérées pour des crimes commis contre le peuple; pour cette raison, tous les prisonniers doivent retourner dans leurs communautés pour un nouveau procès dans un tribunal populaire révolutionnaire.

  4. Toutes les charges contre les leaders du peuple doivent être abandonnées parce qu'ils n'ont commis aucun crime contre le peuple, et pour qu'ils retournent organiser leurs communautés. (…) Bobby Seale, les 9 du Connecticut, les 21 de New York, les 18 de Los Angeles, Angela Davis, les frères de Soledad, Ahmed Evans, Martin Sostre. Nous déclarons que tant qu'ils sont détenus, tous les prisonniers politiques de guerre doivent être traités dans le respect des conventions internationales.






Atelier : Contrôle et usage du système éducatif


  1. Création d'écoles pré-scolaires de la libération pour les enfants.

  2. Entrer à l'école avec une conscience politique.

  3. Contrôle communautaire des écoles :

    1. Contrôle du cursus par les parents.

    2. Conseil d'administration élu par la communauté.

    3. Le pouvoir de recruter et de renvoyer les enseignants appartient au conseil élu par la communauté.

  4. Chacun doit pouvoir disposer d'une éducation intellectuelle et culturelle :

    1. L'éducation prendra en compte les moyens de survie d'une partie de la population.

    2. L'éducation des étudiants les considérera comme des individus à part entière.

    3. Pour préserver la conscience politique, il faut parler du fonctionnement du système ou de l'éducation politique.

    4. Les écoles et les institutions éducatives seront gratuites et chacun pourra faire des études avancées.

    5. Les écoles encourageront tout le monde à développer et réaliser sa créativité. Elles encourageront particulièrement l'étude de la société socialiste, de la survie des êtres humains et de la véritable nature de la société actuelle.




Droits des étudiants

  1. Les étudiants de toutes les écoles auront le droit à la liberté d'expression, d'assemblée et d'habillement.

  2. Le gouvernement des étudiants doit être contrôlé par les étudiants :

    1. Aucune restriction n'est établie pour les candidats en termes de niveaux d'études, de comportement, d'engagement politique et de participation à d'autres activités.

    2. La presse étudiante est contrôlée par les étudiants. Le conseil des étudiants décidera du contenu de la presse.

    3. La liberté d'assemblée est garantie même si des problèmes apparaissent. Dans ce cas, les étudiants doivent les résoudre collectivement par la discussion.

    4. Les activités étudiantes ne sont pas obligatoires.

    5. Les décisions prises par les assemblées étudiantes doivent être liées à des sujets qui les concernent directement.

    6. La présence de la police dans les écoles est interdite, peu importe la raison. La communauté et les étudiants régleront tous les problèmes, mineurs ou majeurs.

    7. Un nouveau système de diplômes sera établi.



Nous le peuple croyons que l'éducation doit servir le peuple. Elle doit montrer la véritable nature de cette société. L'éducation doit aider à enseigner les idées socialistes et servir de base à nos pratiques socialistes.

Le pouvoir de l'éducation devrait et doit rester entre les mains du peuple. Nous croyons que l'éducation joue un rôle majeur dans ce système d'endoctrinement mental. Alors nous le peuple nous devons nous saisir de cet outil de la structure du pouvoir et le retourner comme une arme contre lui.

All Power to the People




Atelier : Contrôle et usage de l'armée et de la police


Propositions sur l'armée

  1. La défense nationale doit être assurée par un système de milices populaires, entraînées aux techniques de guérilla, sur la base du volontariat et constituée d'hommes et de femmes.

  2. Les États-Unis ne doivent pas maintenir leur armée de métier, parce qu'historiquement cette armée de métier a été utilisée pour des actions militaires contre le peuple des États-Unis et les peuples du monde entier.

  3. Aucune arme génocidaire doit être fabriquée ou utilisée.

  4. Tout l'équipement et toutes les installations militaires existants doivent être rendus non-opératoires et inutilisables pour leur usage d'origine.

  5. Le peuple doit être éduqué et informé sur l'action des milices, et toutes les archives doivent être ouvertes au public.

  6. Il doit être interdit au gouvernement d'envoyer des troupes, des fonds ou des équipements à quelconque nation pour des objectifs militaires ou policiers. Il doit aussi lui être interdit de dépenser plus de 10% du budget national pour des objectifs militaires ou policiers. Ceci peut être annulé ou modifié par un vote majoritaire lors d'un référendum national.

  7. Personne ne peut servir à plein-temps dans les milices; ceux qui servent dans les milices doivent être payés équitablement.

  8. Les miliciens doivent être soumis aux lois de la communauté dans laquelle ils servent.

  9. La défense nationale doit être assurée par un système de milices populaires.

  10. Il ne doit pas y avoir de conscription pour n'importe quelle force armée.

  11. Aucune milice populaire ne doit être stationnée en dehors des frontières nationales.

  12. Le gouvernement du peuple et le personnel militaire doivent être une seule et même chose, et non deux entités séparées de la structure du pouvoir.

  13. Le peuple doit avoir le droit de porter des armes.

    1. Aucun citoyen ne doit être empêché de posséder, de contrôler ou d'acheter des armes légères sauf après décision judiciaire.

    2. Des programmes gratuits d'entraînement à l'usage des armes légères doivent être créés.




Organisation, usage et contrôle de la police

  1. La police doit être un corps volontaire, non-professionnel et fonctionnant en roulement, coordonné par le Conseil de surveillance de la police, composé de volontaires de chaque communauté qui sont remplacés toutes les semaines. Le Conseil de surveillance de la police, sa politique, ainsi que la direction de la police, doivent être choisis par un vote populaire majoritaire de la communauté.

  2. Il est interdit de créer, ou de permettre l'existence, d'un corps de police national, d'une police secrète ou d'une police sans uniforme.

  3. Chaque citoyen peut attaquer en justice tout membre ou officier de la police devant le Conseil de surveillance, et le Conseil de surveillance doit avoir le pouvoir de relever ce membre ou cet officier de police de ses fonctions.

  4. Les Conseils communautaires de la police peuvent établir des relations de travail et échanger des informations avec les forces de police dans d'autres communautés.

  5. L'objectif de la police populaire doit être de servir et de protéger la communauté.

  6. Personne ne peut servir en même temps dans la police et dans le Conseil de surveillance.

  7. Tout membre du Conseil de surveillance peut être destitué par un vote populaire et direct de la communauté.

  8. Les fonds de la police communautaire et du Conseil de surveillance de la communauté doivent être alloués par le gouvernement national sous la direction du Conseil de surveillance local.






Atelier : Santé


La santé est un droit, pas un privilège. Nous déclarons que la santé ne doit pas être vendue comme une marchandise par la classes des exploiteurs uniquement intéressés par le profit. Nous reconnaissons que le profit est la conséquence du système capitaliste qui voue le peuple à l'exploitation et le divise selon les clivages raciste, sexiste et de classe. Notre solution est de faire en sorte que tous les aspects de la santé satisfassent les besoins du peuple à travers la prévention, l'éducation et le contrôle communautaire les services de santé.

  1. Prévention (bilans de santé).

    1. Alimentation (éducation du peuple pour manger sainement).

    2. Les soins aux enfants et maternels doivent mettre un terme :

      1. Au génocide.

      2. Aux expérimentations médicales sur les peuples opprimés.

      3. Aux expérimentations dans les écoles publiques des soi-disant programmes de santé mentale.

      4. A l'exploitation du comportement des enfants; on leur administre des tranquillisants et ils sont mis dans la catégorie des menaces au système capitaliste.

    3. Services aux citoyens âgés (droit de pouvoir travailler jusqu'à ce qu'ils le peuvent).

    4. Consultations régulières pour tous.

    5. De meilleurs équipements de détection (on devrait plus s'intéresser aux maladies dont la prévalence est plus importante dans certains groupes minoritaires, comme l'anémie à hématies falciformes [59]).

    6. Les équipes médicales doivent être envoyées dans les communautés pour déceler les maladies.



  2. Éducation.

    1. Éducation des masses à la santé (symptômes des maladies, premiers secours).

    2. Formation de l'actuel personnel de santé.

    3. Fin du professionnalisme (titres, etc.).

    4. Ouvrir les inscriptions à tous ceux qui veulent une formation médicale.



  3. Contrôle communautaire.

    1. Droit au libre choix d'avoir ou non des enfants (le système capitaliste n'a pas à nous dire combien en avoir).

    2. Droit à des moyens de subsistance suffisants.

    3. Des Conseils communautaires doivent diriger toutes les institutions médicales.



  4. Santé mentale. Nous considérons que la santé mentale inclut le bien-être à la fois physique et mental. Nous reconnaissons que beaucoup de maladies mentales dans notre société sont causées par l'oppression du système capitaliste qui utilise la psychiatrie comme un outil du fascisme. Elle a aussi été utilisée contre les homosexuels. Nous sommes opposés au complexe industriel pharmaceutique. Nous croyons dans la médecine socialisée. La prévention et la médecine gratuite, compréhensive et communautaire sont constitutifs de ce concept. La révolution est le seul moyen pour socialiser la médecine.






Atelier : Art révolutionnaire


L'atelier sur les Arts révolutionnaires et les Artistes soumet la déclaration suivante à la session plénière de la Convention constitutionnelle du peuple révolutionnaire :

Nous reconnaissons :

  1. Que tout être humain est né avec un potentiel créatif et que la société doit garantir que chaque personne ait l'opportunité de développer et d'exprimer ce potentiel.

  2. Que l'art est une expression créative de la culture et du style de vie du peuple.

  3. Nous reconnaissons le droit pour chaque culture à avoir ses propres formes d'expression et que ces formes d'expression doivent être préservées, encouragées et développées.

  4. Nous reconnaissons que l'art doit être relié à l'intérêt, aux besoins et aux aspirations du peuple.







[59] Dont la prévalence est de 10% chez les Africains-Américains (NdT).


George Katsiaficas, traduit par Abdellali Hajjat
mise en ligne : 29.12.2008




DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5



© Acontresens 2002-2017