liste des contrepoints monde pages 1 - 2 - 3 - 4


Introduction : aux origines du problème cachemiri, la Partition


Le 15 août 1947, la proclamation de l'indépendance de l'Inde constitue pour le peuple indien à la fois une victoire fondamentale et symbolique, et une défaite catastrophique à l'origine de maux et de tensions toujours très vifs aujourd'hui.
Victoire contre l'Empire britannique, contre une domination coloniale, au prix de luttes qui gardent aujourd'hui encore leur place dans l'Histoire, menées par des personnages aussi emblématiques que Gandhi ou Nehru, qui réussirent à obtenir une indépendance très rapidement en comparaison aux autres colonies britanniques et d'avantage encore par rapport aux possessions françaises, dont les peuples feront de la libération indienne un symbole.
Défaite cependant, de Gandhi et de tous les partisans d'une Inde séculaire mêlant les différentes confessions et minorités linguistiques au sein d'un grand Etat ; en effet, sous la pression d'une partie des musulmans indiens unis autour d'Ali Jinnah et de la Ligue Musulmane, les Britanniques décident de diviser le sous-continent indien en deux pays, ou plutôt en trois régions : l'Inde d'une part, et le Pakistan ou "pays des purs" d'autre part, créé pour les musulmans indiens, et lui-même divisé en deux régions éloignées de 1700 km : le Pakistan occidental et le Pakistan oriental, qui fera sécession et deviendra le Bangladesh en 1971.

Cette séparation, que l'on désigne par le terme anglais Partition, est à l'origine de tensions qui semblent insolubles entre les deux nouveaux Etats indépendants. En effet, pour constituer les deux pays, les Britanniques décidèrent de mettre en oeuvre une équation simple et apparemment logique et raisonnable : les régions majoritairement peuplées de musulmans constitueront le Pakistan, tandis que les régions à majorité hindoue formeront l'Inde. Des déplacements extraordinaires de population ont alors lieu, accompagnés de tensions et de massacres intercommunautaires, des hindous des régions musulmanes pakistanaises fuyant vers l'Inde tandis que des musulmans d'Inde rejoignent le Pakistan. Ce chassé-croisé de 10 millions et demi de réfugiés constitue le premier drame de la Partition.

Cette équation est valable pour les régions directement sous tutelle britannique, mais le problème se pose différemment pour les régions princières placées sous l'autorité d'un maharadjah hindou ou d'un prince musulman, qui, elles, choisiront entre l'Indépendance ou l'intégration à l'un des deux pays. Le choix sera bien-sûr effectué par le prince, sans une quelconque consultation des populations. C'est ainsi que la région du Cachemire, peuplée d'environ 80% de musulmans en 1947, mais placée sous l'autorité d'un prince hindou, se verra intégrée, selon le souhait de ce dernier, à l'Union indienne. Le Pakistan conteste bien-sûr immédiatement ce rattachement et revendique (légitimement, selon la "logique" britannique) le territoire.




L'Inde en 1947, après la Partition
L'Inde en 1947, après la Partition



L'empoisonnement des relations indo-pakistanaises naît ainsi en même temps que l'Inde et le Pakistan, et gangrène toujours aujourd'hui les rapports entre les deux Etats, incapables de négocier, et ce malgré trois guerres et des tensions jamais éteintes qui prennent ces dernières années une importance grandissante, due en partie à la présence de forces islamistes grandissantes. Ces tensions inextinguibles participent de ce que des historiens ont nommé "syndrome de la Partition".

Cet article se propose d'éclaircir et d'expliquer autant que possible la situation au Cachemire, en étudiant l'histoire et l'actualité des conflits et rapports de force dans cette région, véritable baril de poudre.



pages 1 - 2 - 3 - 4 page suivante



© Acontresens 2002-2017