#02
Vous avez dit intégration ?


La France s’est toujours voulu un modèle en matière de politique d’immigration. Elle le fut sans doute et il serait plus que discutable de nier le fait que ce pays a longtemps été une terre d’accueil pour beaucoup lorsque le besoin d’asile s’est fait sentir. Seulement tout est loin d’être parfait et le pays des Droits de l’Homme aurait aujourd’hui beaucoup à gagner dans un débat sur son idéal du mode d’acceptation des étrangers sur le sol français.

Le modèle que nous voulons remettre en cause ici est bien évidemment celui de l’intégration. Beaucoup trouveront qu’il n’y a rien à reprocher à ce rêve républicain qui se veut garant d’une « immigration réussie » comme faisant partie des bases mêmes du pays. On ne peut cependant pas fermer les yeux sur les problèmes générés aujourd’hui par ce concept. En effet, il semblerait qu’un regrettable malentendu se soit glissé dans la compréhension même du terme « intégration » chez le « français moyen », un sens qui s’est largement radicalisé semble-t-il et qui dans la tête de beaucoup serait plus justement nommé « digestion ». Digestion dans le sens où l’intégration devient prétexte pour voir chez l’immigré une obligation de se fondre dans « le moule français », celui d’une culture de tradition chrétienne.

Intégration ?

Un glissement dans le langage se fait d’ailleurs parfois sentir, puisqu’on parle aussi bien d’intégration que d’assimilation. Dès lors, être intégré revient à un rejet pur et simple de ses origines, comme si l’immigré devait oublier d’où il vient et tout simplement « zapper » sa culture. Il est évident que cette situation conduit inévitablement à des conflits. Conflit d’abord entre l’immigré et l’autochtone, ce dernier se sentant le droit de juger de l’aptitude du premier à s’intégrer, mais aussi conflit intérieur chez l’immigré, déchiré entre l’exigence d’intégration de la culture française et l’envie de préserver le peu qu’il lui reste du pays d’origine…

Le concept d’intégration pose donc un grave problème aujourd’hui et il est urgent de le rediscuter, et de le redéfinir. Cela est d’autant plus nécessaire dans la période de crise politique actuelle, où l’extrême-droite profite des difficultés de cette idée de l’intégration pour dénoncer son échec ou avancer des thèses sur l’incapacité de certaines populations à s’intégrer. Il est temps de mettre fin à la confusion qui règne autour de ce modèle rêvé, si on ne veut pas qu’il devienne la source de conflits plus graves.


juin 2002
illustration : akimbo


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article






© Acontresens 2002-2017