liste des livres
Mumia Abu-Jamal
En direct du couloir de la mort
La Découverte (Poche Essais), 1996

Mumia Abu-Jamal - En direct du couloir de la mort

savoirs
société


238 pages
1ère parution : 1995
  

Après sa condamnation à mort le 3 juillet 1982, Mumia Abu-Jamal est très vite devenu un véritable symbole de la lutte pour l'abolition de la peine de mort aux Etats-Unis. Avant son incarcération, Abu-Jamal était reporter radio spécialisé dans les questions sociales et culturelles, mais aussi président de l'Association des journalistes noirs de Philadelphie. Emprisonné, il n'a pas cessé d'écrire et de de décrire depuis sa cellule les aberrations d'un système carcéral raciste et hyper-violent. "En direct du couloir de la mort" se présente comme un recueil de courts textes écrits entre 1989 et 1994, réunis selon trois chapitres.

Tout d'abord, "La vie dans le couloir de la mort" décrit de façon terrifiante le quotidien des condamnés à la peine capitale, pour qui "ici la vie oscille entre le banal et le bizarre"... pour ne pas dire entre l'enfer et l'absurde. Des humiliations subies (lire le terrifiant passage sur les fouilles corporelles lors des visites) aux comportements inadmissibles des matons (passages à tabac par exemple...), en passant par les relations entre les prisonniers, tout nous est décrit dans un style implacable qui ne laisse pas de répit. Mais Mumia dépasse la simple description pour analyser les incohérences (voulues ou non) de ce qui se révèle être une vaste entreprise de destruction humaine.

Cette réflexion sur le système carcéral se trouve approfondie dans le second chapitre, intitulé "Crime et châtiment", dans lequel sont cités un nombre impressionnant de cas judiciaires et carcéraux. Ces exemples concrets rappellent non seulement que Mumia est loin d'être une exception, mais permettent également de mieux appréhender la véritable stratégie étatique d'élimination des opposants, doublée d'une politique judiciaire raciste manifeste (quand 16% de la population américaine devient 40% des condamnés à mort...). La cour suprême est notamment pointée du doigt, ainsi que tous ces juges issus des vieux fantasmes sudistes mais qui pourtant aujourd'hui font toujours office d'autorité dans une "démocratie". Certaines anecdotes, comme celle de ce sombre expert scientifique ayant produit de faux témoignages à charge dans près de 4500 affaires criminelles, contribuent à dénoncer l'incompétence et la partialité dont font preuve nombre d'exécutants du système judiciaire US. Mumia dénonce à juste titre l'appellation de système "correctionnel", quand l'administration Clinton fait passer en 1994 une loi répressive qui n'oublie pas d'interdire par exemple l'octroiement de bourses et de programmes éducatifs pour les prisonniers. Le chapitre s'achève sur cette réflexion à méditer : "Faites un petit calcul : le zombie camé qui vous vole monnaye la valeur de vos biens subtilisés contre quatre à huit années de prison s'il se fait attrapper. Et maintenant modifions l'équation : c'est votre propriété contre la prison à perpétuité sans liberté conditionnelle possible [en cas de récidive, ndlr]. C'est votre vie, pas votre propriété, qui se trouve dévaluée."

"Méditations, souvenirs et prophéties" laisse la place à des textes plus longs sur des sujets précis, comme le Black Panther Party (au sein duquel Mumia a très jeune exercé des responsabilités), Malcolm X, ou encore Rodney King (cet automobiliste noir filmé par un amateur lors de son tabassage par la police de Los Angeles). Le comportement de l'état lors de l'assaut de la secte de Waco (Texas) en 1993 est mis en parallèle dans l'esprit de Mumia avec l'attentat contre l'organisation MOVE de John Africa, en 1985 à Philadelphie (assassinats par l'Etat de neuf hommes, femmes et enfants de ce mouvement afro-américain écologiste et libertaire). Mumia décrit d'ailleurs dans le dernier texte, intitulé "Ma vie à Philadelphie : souvenirs impressionnistes", sa rencontre en tant que journaliste avec cette organisation décriée. Le texte s'achève sur les songes d'un Mumia revivant le moment de son arrestation en décembre 1981, seule évocation de l'affaire l'ayant conduit au couloir de la mort. Un final poignant, où viennent se mêler la fille et le père de Mumia vus en rêve pendant son passage à tabac au moment de l'interpellation. "Je suis en route vers le commissariat, je suppose que c'est pour mourir".

Un ouvrage passionnant. Jacques Derrida, vice-président du Parlement international des écrivains, dont l'objectif est "d'organiser une solidarité concrète avec les écrivains qui sont de plus en plus souvent menacés dans leur travail et leur existence", et de constituer "un lieu de réflexion et d'échanges sur de nouvelles formes d'engagement récusant toute allégeance politique et toute opération purement médiatique", signe la préface, qui s'achève sur cette citation de Mumia Abu-Jamal lui-même : "Le simple fait que j'écris révèle l'échec total de leur tactique d'intimidation, comme le révèle aussi le simple fait que vous lisiez".

JB
19.09.2002


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article




© Acontresens 2002-2017