liste des livres
Jean Hatzfeld
Une saison de machettes
Seuil, 2003

Jean Hatzfeld - Une saison de machettes

savoirs
histoire


320 pages
1ère parution : 2003
  

C'est après la fin des massacres de 1994 que Jean Hatzfeld se rendra à plusieurs reprises au Rwanda. A travers les témoignages bouleversants de rescapés tutsis (Dans le nu de la vie - Récits des marais rwandais, 2000), le journaliste ouvrait une porte sur la réalité du génocide : aux images télévisuelles lointaines et aux feuilles de comptes abstraites se substituait la parole des victimes, récits d'expériences personnelles mais nous éclairant sur les différents aspects de la vie quotidienne avant, pendant et après le génocide... autrement dit, rendant à l'humain ce que - par auto-défense ? - l'esprit se bornait à attribuer à l'inhumain.

Et c'est précisément aux acteurs de cet inhumain qu'est donnée la parole dans Une saison de machettes. Avec une démarche claire car bien décrite et explicitée, Jean Hatzfeld livre les témoignages regroupés thématiquement d'une bande de copains emprisonnés après jugement dans le pénitencier de Rilima. Autrefois cultivateurs sur les collines autour de la bourgade de Nyamata, ils se feront au printemps 1994 les bourreaux les plus appliqués de leurs co-habitants tutsis - parents et amis des rescapés rencontrés plus tôt. Cette application sera tout simplement professionnelle, quasi scolaire : pendant trois mois, la journée de travail commencera entre 9 et 10 heures par un grand rassemblement matinal sur le terrain de foot communal, pour s'achever avant la tombée de la nuit vers 16h30. "La règle numéro un, c'était de tuer. La règle numéro deux, il n'y en avait pas". Encadrée par les chefs miliciens interahamwe, la chasse à l'homme, à la femme et à l'enfant était ouverte. En toute impunité. C'est ainsi entre autres que le départ précipité des Blancs à la mi-avril 1994 rassurera les criminels, persuadés que rien ni personne ne pourra jamais les condamner une fois les cancrelats exterminés. Dès lors, et hormis un premier meurtre plus ou moins "perturbant", la routine des massacres de Tutsis déshumanisés et l'opulence offerte par les pillages persuaderont les tueurs que la vie n'avait jamais été aussi profitable. Pour ainsi dire, parmi les tueurs : aucune révolte, aucune opposition... et pour cela, nul besoin pour les autorités d'employer une répression à outrance. Seul l'emprisonnement et le fait de s'être fait prendre semblent être sources de regrets, et c'est avec une certaine impatience, empreinte d'une naïveté effrayante, que certains des tueurs attendent le retour sur leurs collines... et le pardon de leurs victimes.

Ce recueil de témoignages s'avère passionnant dans ce qu'il révèle d'une part sur le déroulement quotidien et l'organisation du génocide (attitudes des tueurs et de leurs familles, rapports aux Tutsis, rapport à la religion, ...), et d'autre part et plus largement sur la folie absolue dans laquelle l'Homme peut être plongé dès lors que certains facteurs et conditions sont réunis. C'était il y a 10 ans, dans ce "pays lointain" décrit par Patrick de Saint-Exupéry. Mais qu'est-ce qui, au final, nous différencie de ces cultivateurs rwandais ? Jusqu'à quel point peut-on se persuader que jamais pareille barbarie ne se reproduira, sinon ici, du moins, pas si loin ? Comme un écho vertigineux aux rêves sereins des tueurs, le désemparement et l'effroi que suscite chez le lecteur la découverte de cette Saison de machettes demeurent sources intarissables de questions sans réponses.

JB
14.09.2004


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article




© Acontresens 2002-2017