liste des livres
Loïc Wacquant
Les prisons de la misère
Liber-Raisons d'Agir, 1999

Loïc Wacquant - Les prisons de la misère

savoirs
société


189 pages
1ère parution : 1999
  

Le titre « Les Prisons de la Misère » pourrait être celui d’une nouvelle de Donald Goines, romancier noir américain des années 60/70, qui peuplait ces romans de gangsters et truands noirs pour dénoncer le système judiciaire de son pays. Derrière ce titre se dresse en fait une analyse sociologique pertinente – certaines ne le sont pas - du versant social de la politique neo-libérale des Etats-Unis. Nous en identifions aisément l’aspect économique : ce pays est première puissance mondiale. En connaissons-nous bien toutes les facettes ? Une réussite qui fascine, un modèle que tout le monde envie, et des recettes qui intriguent.

Loic Wacquant, sociologue élève de Bourdieu, nous livre dans un format volontairement court (189 pages) et à un prix très abordable (6€) le résultat d’une de ses recherches : « Le traitement systématique des problèmes sociaux par les institutions policières et judiciaires aux USA ». Dans un style simple et clair, il retrace la genèse de la doctrine ‘tolérance zero’ dans les années 80, puis son application, veritable test grandeur nature, dans le laboratoire New-Yorkais dès le début 90. Il décrit ensuite son itinéraire vers le reste du monde occidental, et plus particulièrement l’Europe via la passerelle anglaise : visite de la Grosse Pomme de maires de grandes villes, conférences financées par des sociétés de sécurités privées et menées par d’anciens chefs de police de la « ville la plus sûre du monde ». En octobre dernier, l’ancien maire de NYC, Rudolph Giuliani, et sa toute jeune société de conseils en sécurité, viennent de se voir offrir 3,2 millions de $ par la municipalité de Mexico City pour éradiquer le crime dans la ville !

- « A quoi donc peut servir la prison au vingt-et-unième siècle ? » -

En 189 pages, Loïc Wacquant nous explique comment « Les Etats-Unis ont clairement opté pour la criminalisation » des couches sociales les plus basses « pour juguler les désordres engendrés par le chômage de masse, l’implosion du salariat précaire et le rétrécissement de la protection sociale ». Il nous décrit les mécanismes qui ont mené à la mise en application de ces idées en exercant un véritable travail de rationalisation : « donner des raisons pour justifier des choses souvent injustifiables ». Les mesures qui en découlerent sont étrangement semblables à celles que l’on nous propose depuis quelques années en France : traitement policier de la misère de rue, mise en exergue de la criminalité des étrangers, construction de nouvelles prisons, inflation des effectifs de police, créations de brigades de chocs etc … Et pour financer ses nouvelles missions de l’Etat, point d’augmentation des impôts mais des coupes dans les budgets de l’éducation, de la santé publique, de l’aide sociale, de la culture.

Lorsque nous connaissons la situation américaine ou l’Etat Providence est devenu un Etat Policier, à quoi devons-nous nous attendre ? Les programmes d’aides sociales ont été remplacés par des programmes de ‘travail en échange d’aide sociale’, (et permettent à des sociétés de bénéficier, en plus d’allègements fiscaux, d’une main d’oeuvre à tres bon marché et totalement soumise) ; les allocations aux femmes seules ont été supprimées ; certains états ont vu apparaître des nouvelles prisons privées qui dégagent des bénéfices (!!). Durant la seule décennie 1980 sous Reagan, moins 41% pour l’aide sociale et plus 95% pour les prisons.

- « Effacement de l’Etat économique, abaissement de l’Etat social, renforcement et glorification de l’Etat pénal » -

La reussite Américaine fascine, elle a un coût : 50 millions de personnes (dont 12 millions d’enfants) sont dépourvus de couverture sociale, 30 millions souffrent de malnutrition chronique, 7 millions vivent à la rue ou sans logement adéquat et la population carcérale atteignait en 1997 les 1 800 000 individus sur 260 millions d’habitants (650 prisonniers pour 100 000 habitants, contre 90 en France !!) et n’a cessé d’augmenter depuis.

D’après Pierre Bourdieu, « Pour concevoir un projet révolutionnaire, c’est à dire une ambition raisonnée de transformer le présent par référence à un avenir projeté, il faut avoir un minimum de prise sur le présent ». Les Etats-Unis sont le reflet de notre futur proche et nous voyons arriver un danger qui menace l’équilibre même de notre société.

Riche en citations, parfois saisissantes, d’auteurs chantres du tout sécuritaire ou défenseurs d’une justice sociale, agrémenté de statistiques et de tableaux explicites, cet ouvrage est un outil de réflexion fondamental.

Plus sur le livre :
http://rdereel.free.fr/volCZ1.html

Plus sur l'auteur :
http://www.homme-moderne.org/societe/socio/wacquant/

Sotiris
12.12.2002


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article

INCISION
» Ils soufflent sur les braises

CONTREPOINT
» Société - A quoi sert la prison ?

LIVRES
» Alain Brossat - Pour en finir avec la prison
» Laurent Mucchielli - Violences et insécurité, fantasmes et réalités...
» Mumia Abu-Jamal - En direct du couloir de la mort
» Natacha Filippi - Brûler les prisons de l'apartheid
» Pierre Goldman - Souvenirs obscurs d'un Juif polonais né en France

DISQUE
» Les Evadés - Aucun appel au calme




© Acontresens 2002-2014