liste des livres
D' de Kabal
La bulle
Spoke, 2003

D' de Kabal - La bulle

littérature
roman


36 pages
1ère parution : 2003
  

Sous-titrée Contes ineffables (Volume 2), cette nouvelle signée D', ex-rappeur au sein du groupe Kabal, se pose donc comme un prolongement de Contes ineffables, premier album solo de celui que l'on doit désormais appeler D' de Kabal. Cette idée originale de faire paraître simultanément un album et un livre semble vraiment intéressante, inscrivant chacune des deux oeuvres dans un ensemble dense et, à priori, cohérent.

Il ne s'agira toutefois pas ici de parler de l'album Contes ineffables, mais bien de La bulle seule, qui s'avère être une oeuvre véritablement indépendante. Parue chez Spoke, jeune maison d'édition issue de la scène slam parisienne, la nouvelle bénéficie d'un format et d'un tirage très agréable. Le tout pour un texte dense, complexe et cru. On est très vite plongé dans un univers très sombre, à travers de courtes scènes qui n'ont en apparence pas de rapport direct les unes avec les autres, et dont les protagonistes diffèrent. Difficile dans un premier temps de bien visualiser ce qu'il se passe, et l'on est donc d'autant plus impatient de découvrir la suite des évènements. Il y est question de violence conjugale menant jusqu'à l'agression sauvage, d'un père incestueux déboussolé et jeté en prison, et de sa jeune fille traumatisée, ou encore d'une vengeance extrèmement violente, mais aussi de thèmes plus "généraux" tels que la situation des cités laissées à l'abandon, ou de l'exclusion par la différence. Une large palette de sentiments, de sensations et de traumatismes sont donc esposés, sans tomber dans un raccolage rédhibitoire : on y parle le plus souvent à la première personne, nous laissant comprendre que les différentes scènes correspondent à des témoignages.

Cette impression semble confirmée par le codage précédant chaque scène : des lettres (G-P-F), des chiffres (1-2-3-4), des indications de temps (jour-nuit) et de durée... Le tout étant accompagné d'un codage graphique (trois points ou trois barres selon les cas). Une énigme dont on ne découvre la solution qu'en épilogue. Cette forme originale contribue encore une fois à accentuer l'attention et à nous faire nous poser des questions. Qui parle ? De quoi ? A qui ? Et quand ?

Autre point important, une bonne partie du texte est composée de retranscriptions directes de textes rappés par D'. Il se trouve que la distinction n'est pas du tout faisable par qui n'aurait jamais entendu les morceaux, les textes de D' ayant cette caractéristique d'être longs et composés de vrais phrases. Ainsi, même sans avoir apprécié certains morceaux de l'album, leur retranscription au sein d'une nouvelle ne choque absolument pas et s'intègre très bien dans l'ensemble narratif.

Difficile de parler plus avant de La bulle sans en dévoiler les tenants et aboutissants, qui d'ailleurs pour la plupart ne sont compréhensibles qu'après plusieurs lectures, à la manière de ces films alambiqués que l'on trouve très bons sans en avoir saisi tous les détails, et qui gagnent à être revus pour être encore mieux appréciés, tout en conservant des zones de flou qui font leur charme. Autant dire pour toutes ces raisons que La bulle, texte cru et complexe, mérite d'être lu et interprété par chacun à sa manière.

JB
26.03.2003


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article




© Acontresens 2002-2017