liste des disques
Starflam
Survivant
EMI/Capitol, 2001

 Starflam - Survivant

01. ultrastarflam
02. combattants
03. dans les startin'blocks (avec shyrock)
04. la sonora
05. sous pression
06. mentalité de resquilleur
07. soir de dèche
08. amnésie internationale
09. ça tape dur
10. starflam all-stars
11. de frente (el diablo 2)
12. le vice (avec profecy)
13. le msékisé
14. de cause à effet
15. l'amour suze (avec arno)
16. choisis ton camp (avec uman)
17. péril urbain

  

Le second album du groupe liégeois Starflam était très attendu après les excellentes sorties précédentes. "Survivant" ne déçoit absolument pas, et s'impose tout simplement comme l'un des tous meilleurs albums de rap disponible.

"Ultrastarflam", premier morceau explosif, sur lequel chacun des 5 MC's pose un couplet, fait office d'introduction, et annonce la couleur : une écriture précise et percutante, une complémentarité exemplaire, le tout sur une musique parfaite ; compliments que l'on peut faire à chaque titre ! Les morceaux sur le groupe et son éthique ("Dans les startin' blocks" avec Shyrock, "Sous pression", ou "Ca tape dur") se mêlent à des titres militants (si tant est que la distinction soit possible), particulièrement bien écrits et explicites, comme "Combattants" ou encore "Choisis ton camp" (avec Uman, pour un refrain ragga excellent). On sent constamment dans les textes que les mecs savent de quoi ils parlent, que tout ce qu'ils disent est vécu et réfléchi, et le message passe parfaitement bien.

Et le message porte aussi sur la politique mondiale, avec le titre "Amnésie internationale", véritable pamphlet contre l'hypocrisie ambiante des décideurs internationaux et des populations occidentales, aveugles et sourds face à la réalité économique et politique du globe ("Dans les villages l'amnésie circule comme l'ébola / Venant d'occident avec accord des consulats / Rougis, mets une bougie à ta fenêtre / Et ta culpabilité viendra à disparaître") ; ou encore "De frente (El Diablo 2)", suite de l'excellent morceau du premier album, avec un Kaer toujours fabuleux en espagnol ("Matando al Che, soltando a Pinochet").

A cela s'ajoutent des titres moins "graves" tels que "Mentalité de resquilleur" ("Education HLM, culture tombée du camion"), "La Sonora" (très dansant !), ou encore l'involontairement court "Soir de dèche" ("Ce soir c'est light, demain peut-être une livraison / Pour cette fois je pomperai qu'un couplet, faut se faire une raison"). Deux titres en particulier surprennent pas mal : "Le Msékisé", sur lequel L'Enfant Pavé pose seul sur un texte halluciné et envoûtant ; et "L'amour suze", avec le même Pavé accompagné de AKRO pour deux couplets sur des histoires d'amour perdues : titre dur et quelque peu déprimé ("Je te voyais mère de mes mômes, t'es la mère de mes maux"), et sur lequel le chanteur belge Arno apporte sa voix rauque et touchante pour le refrain. Encore un très bon titre (on notera la phrase de Benoît Poelvoorde extraite du film "C'est arrivé près de chez vous" au début de la piste !).

Profecy, le graffeur/rappeur très proche d'Assassin, apporte sa touche personnelle sur l'oppressant "Le Vice" ; une association très réussie. L'album s'achève sur le magnifique "Péril urbain", mon morceau préféré. Les 5 MC's se succèdent pour un couplet chacun (il n'y a pas de refrain), porté à chaque fois par une instru différente. Le thème traité est celui de la dégradation croissante de l'environnement urbain, que ce soit à Liège ou dans n'importe quelle ville d'occident ("Trop de travaux inutiles, dans trop de villes trop de vies en péril"). Une véritable montée en puissance se fait ressentir, jusqu'au couplet de Balo (deux fois plus long que les quatre autres), qui n'est autre qu'un appel à la révolte parfaitement bien amené et argumenté... "Ma parade face à l'état policier n'est que l'autogestion, l'autodéfense, l'autonomie" ou encore "Faire le nettoyage par le vide / Sortir de l'inertie de cette parano ambiante / Et de cette bureaucratie, qui tente de faire croire que le fonctionnement actuel est celui pour lequel les gens ont voté !" sont quelques-unes de ces phrases que l'on n'oublie pas. Balo réclame qu'on envoit les immigrés clandestins au palais royal, et la reine mère dans un centre de détention pour réfugiés ("Clandestins à Laeken, Fabiola à Vottem"). Et l'album s'achève sur cette phrase emblématique : "Plus que jamais, le désordre est voulu !".

Je ne peux que vous souhaiter l'écoute de cet album, car il regorge de pensées claires et intéressantes, parfaitement formulées, sur des musiques du même niveau ; et pour couronner le tout, le design de la pochette et du livret est tout simplement superbe, réalisé par Pee Gonzalez. A posséder absolument !

JB
10.02.2002


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article




© Acontresens 2002-2017