liste des disques
Prajna
L'éveil
Prikosnovénie, 2002

 Prajna - L'éveil

01. l'éveil du yak
02. serpent
03. achète-moi
04. géronimo
05. une balle, une pierre
06. delio
07. pause
08. la pluie
09. bouger

  

"Prajna appartient au répertoire bouddhique. Il désigne une sagesse immédiate et intuitive, et non une sagesse abstraite soumise à l'intellect ou à la raison. Il peut être, d'une certaine manière, synonyme d'éveil personnel [...]. Pour s'éveiller, il faut suivre une voie et l'approfondir, sinon on est condamné à rebondir d'événements en événements, à se laisser porter par le courant de ce qui constitue notre vie et à reproduire cycliquement les mêmes erreurs. Pour suivre une voie, il faut faire confiance à une manière de progresser qui a fait ses preuves. Les chemins à deux balles, je n'y crois pas. Une route est souvent longue et fastidieuse, même si dans un virage on peut être amené à saisir quelque chose de nous-mêmes. Je crois que c'est ça, au fond, Prajna."

Ce texte écrit par JC, ancien leader d'Orange Blossom et actuel chanteur de Prajna, sert de présentation au groupe sur son site internet. Prajna s'éveille et nous dévoile sa route sur ce premier album 9 titres avec des sons extrêmement variés, nourris de percussions, du violoncelle d'Erwan, des instruments de Thomas, des programmations et voix de JC, et de très nombreux instruments "orientaux", à cordes et à vents, joués par plusieurs musiciens invités par le groupe.

L'éternelle question du genre... "tribal-electro-dub" semble assez approprié, disons : sons ennivrants, musique envoûtante, textes courts et imagés, bien écrits, chantés ou parlés. L'éveil du Yak constitue une belle entrée en matière, avec des montées en puissance, des propulsions, puis des retours sur terre, le tout admirablement produit ; il en va de même pour tous les titres de cet album. Musicalement irréprochable, car très travaillé, dansant, "trippant" aussi.

Les titres "à texte" sont peu nombreux sur le disque, mais il faut voir lesquels... Le meilleur titre de l'album se situe sans aucun doute au milieu, et Prajna nous signe là un véritable chef d'oeuvre : le titre parle de lui-même, le morceau Une balle, une pierre traite d'Israël/Palestine, et il est incroyablement puissant. Rien d'aussi juste et beau n'a jamais été écrit sur le sujet dans une chanson. Chaque mot est pesé et touche dans le mille, tandis que la musique offre une charge rare d'émotions, avec des montées en puissance et un retour final au calme plus inquiétant que rassurant. Tout est dit.

Maintenant que les couteaux sont sur la table
Et que les yeux deviennent fous en voyant briller les lames
L'odeur du sang n'est plus loin
Elle rougit déjà bien les mains
De ceux qui ne deviendront pas vieux

A qui est le vent ? A qui les roses des sables ?
Qui pourra dire si le soleil est juif ou arabe ?
Mais qu'importent les mots, puisque notre destin est entre les mains
De ceux qui ne deviendront pas vieux


Chaque morceau expose ses couleurs, ses émotions, dans une alchimie remarquable : le très joli Delio suivi d'une Pause en deux temps, autre bon titre, tout comme l'ennivrant La pluie. Quant à Bouger, qui clôt l'album, il surprendra par ses accélérations et son côté faussement joyeux. On évoquera enfin un joli visuel, à l'image d'une musique plurielle, colorée, puissante, et d'un groupe qui promet.

PJ
22.01.2003


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article




© Acontresens 2002-2017