liste des disques
Asian Dub Foundation
Enemy of the enemy
Labels, 2003

 Asian Dub Foundation - Enemy of the enemy

01. fortress europe
02. rise to the challenge
03. la haine
04. 1000 mirrors
05. 19 rebellions
06. blowback
07. 2 face
08. power to the small massive
09. dhol rinse
10. basta
11. cyberabad
12. enemy of the enemy

  

Trois ans après Community Music, Asian Dub Foundation revient avec un quatrième album une nouvelle fois très frais, et pour cause : la formation initiale, amputée du toaster Deedar, s'est agrandie. Aux 4 membres fondateurs se sont greffés un batteur, un joueur de dhol, et deux chanteurs, Spex et Aktarvata (rejoints sur deux morceaux par le troisième membre de leur groupe The Invasian, à savoir Lord Camacho), véritables monstres entre rap, toast, chant et ragga, capables de rapper à toute vitesse et de ralentir le tempo quand il le faut. Fort de ce renouveau, ADF signe sans doute ici son meilleur album.

Un album très éclectique de par ses compositions, puisqu'il s'étend du mélange explosif de Fortress Europe au hip-hop de 2 face en passant par des titres instrumentaux aux métissages incalculables ou encore à la magnifique voix de Sinead O'Connor et au riff de guitare d'Ed O'Brien de Radiohead sur le superbe 1000 mirrors.

From ally to madman from client to badman
From Gommorah to Saddam...


L'après 11 septembre et la politique américaine apparaissent comme un leitmotiv, notamment dans les deux titres très cyniques que sont Blowback (mélange rap ragga, avec changement d'instru à tous les couplets ou presque, "Live and direct from London, Absurdistan") et Enemy of the enemy : qui est l'ennemi, qui est l'ami, qui est l'ennemi de l'ennemi, etc... Ou quand les Etats-Unis "créent" Saddam Hussein et laissent courrir Ben Laden et 10 ans plus tard leur font la guerre quand ceux-ci deviennent leurs ennemis...

Choose the enemy
Know the enemy
Love the enemy
Feed the enemy
Sleep with the enemy
Arm the enemy
Sell the enemy
Bomb the enemy


Les ennemis d'ADF sont par contre désignés : Fortress Europe, entre samples sauvages, percussions excitantes, hurlements de guitare et grands coups de tonnerre, rythme les coups réclamés par le groupe contre les murs de la forteresse que construisent les gouvernements européens autour d'un consensus contre l'accueil des réfugiés en provenance du Tiers-Monde et de pays en guerre. Un morceau imparable et d'une puissance rare :

Break out of the detention centres
Cut the wires and tear up the vouchers
People get ready it's time to wake up
Tear down the walls of Fortress Europe


La Haine met en musique la scène du film du même nom, lorsque le personnage joué par Vincent Cassel pointe de son arme un skinhead dans la rue : il devient alors le juge, le jury, et le bourreau... Présentant une alchimie remarquable entre fond et forme, ce titre est une parfaite réussite. On appréciera tout autant la bombe hip-hop 2 Face, ou les morceaux d'appel à l'unité et à la prise en main -grand classique d'ADF, Rise to the challenge et Power to the small massive. Les quatre morceaux sans chant sont du même calibre, qu'ils soient servis par des enregistrements de voix diverses, comme sur 19 rebellions ou vierges de paroles comme l'intriguant Cyberabad.

Un album qui s'écoute en boucle, regorge de sons, d'ambiances, de textes à découvrir à chaque nouvelle écoute. Et attention au raz de marée sur scène...

PJ
16.02.2003


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article




© Acontresens 2002-2017