liste des disques
Clotaire K
Lebanese
Clotaire K, 2002

 Clotaire K - Lebanese

01. maqam
02. beyrouth écoeurée
03. moolook
04. wahad
05. ya saryan !?
06. bokra
07. papa
08. beep
09. lubnan
10. banadoora
11. flotte
12. le criminel
13. laisse les
14. bif bam boom
15. tampooshy
16. emigrate
17. takassim

  

Originaire de Montpellier, Clotaire K signe en 2002 son premier album après des années passées sur scène et, entre autres, un maxi 4 titres. D'origine libanaise, Clotaire rappe en arabe, français et anglais, et compose la totalité des morceaux présents sur Lebanese. Influence orientale en ce qui concerne les prods bien-sûr, avec la présence de nombreuses voix arabes, invitées ou samplées, et de samples de violons, mais aussi de notes de oud jouées par Clotaire lui-même, notamment sur l'excellent épilogue du disque.

Musicalement, une grande cohérence ressort du disque, qui ne contient aucune fausse note, et même de très grandes réussites, comme le morceau instrumental de huit minutes Emigrate, qui commence très calmement et sereinement sur une musique quasi-planante, apaisante, avant d'exploser dans un beat survolté ponctué de samples de la voix de Deeder Zaman, ancien chanteur d'Asian Dub Foundation ; petite bombe. Bombe comme Bif bam boom, rappé en français, sur une instru d'une violence rare qui explose après quelques textes rappés acapella : ligne de basse monstrueuse, samples violents, qui permettent à Clotaire de servir un texte très puissant traitant de l'oppression américaine à travers le monde, et du ras-le-bol qui peut s'en suivre... "le trône du fric assis sur une bombe à retardement"... avec un titre ironique, presque léger, ce morceau dégage pourtant une violence et une révolte impressionnantes.

C'est la voix de Natacha Atlas qui ouvre le disque sur l'excellent Maqam, titre produit d'une main de maître tout comme le suivant, Beyrouth écoeurée, qui s'ouvre sur des touches délicates de oud et se ferme sur une rafale de balles ; textes impecables, bien écrits, rap carré, compréhesible dès la première écoute. Les morceaux s'enchaînent à merveille, aucun ne faisant tâche dans le début du disque, offrant même de très beaux textes, comme sur Papa, morceau évoquant la transmission d'une "essence", de père en fils, de génération en génération, et ce malgré la mort, les déplacements, les blessures ; ce titre représente sans doute la plus grande réussite du disque, tant l'adéquation texte/propos/musique est parfaite. Une prod plus violente et inquiétante surgit sur Lubnan, également portée par du chant (en l'occurence la voix de Majdala, présente sur plusieurs morceaux), chant qui est une autre facette faisant la grande cohérence de l'album de Clotaire K : des voix -féminines souvent, masculines parfois- apportent souvent leur concours pour les refrains ou la mélodie, comme sur l'excellent Ya Saryan !?.

Clotaire K signe ici un album dense, carré, cohérent, nourri de multiples influences, rencontres, mélanges, sans jamais se perdre, et démonstratif de son talent, reconnu unanimement par la presse anglaise (Clotaire K tourne beaucoup en Angleterre), et quasiment ignoré en France. Une nouvelle fois, paradoxe ou absurdité... les bons albums rap -ne serait-ce même qu'intéressants- se faisant tellement rare ici ces temps-ci, l'album de Clotaire K ne devrait pourtant pas passer inaperçu, tant il est bon, tout simplement. A découvrir...

PJ
25.05.2003


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article




© Acontresens 2002-2017