liste des disques
Les Evadés
Aucun appel au calme
Les Evadés, 2008

Les Evadés - Aucun appel au calme

01. intro
02. l'ennemi intérieur
03. vous avez tiré les premiers (avec ekoué)
04. hordes de sauvages
05. un de ces soirs
06. et si aujourd'hui j't'emmerde
07. des bornes au compteur (avec specio)
08. sous les hauteurs des miradors
09. aucun appel au calme
10. le diable au corps

  

Le feu danse, les sirènes hurlent
Regarde comme c'est beau une prison qui brûle


Le classique de Frank Darabont, The Shawshank Redemption, plus connu sous son titre français Les Evadés, décrivait sur plusieurs années l'enfer d'une prison américaine, tout en masquant au spectateur le minutieux travail de préparation d'une spectaculaire évasion finale. Une évasion salutaire, nécessaire, vitale. A l'image d'un de ces disques qui sait exprimer la révolte et la combativité indispensables en ces temps de misère politique. Les Evadés, le groupe, est composé des rappeurs Craps et Moha, et des producteurs et DJ Drix & Starkey ; on retrouve également sur l'album des sons de Laloo (entendu avec Casey et La Rumeur notamment), DJ Veekash, DJ Younsy et LF.


... ma ville est un immense asile

Parler d'une évasion, c'est avant tout parler d'un emprisonnement. Ici, la cage à briser n'est pas faite de quatre murs, mais d'une multitude, concrets ou symboliques, sociaux et politiques, individuels autant que collectifs. Tout au long de l'album, Les Evadés disent le parquage social, le quadrillage policier, les innombrables barrières et menottes enserrant des vies déjà détruites.

J'traîne des millions de lésions dans des wagons clandestins

L'enfermement personnel est aussi décrit ici, avec la franchise crue qui caractérise bon nombre des couplets. Drogue, alcool et médocs en surdose, pour des quartiers en manque de tout. Facteurs parmi d'autres du mécanisme de déshumanisation, évoqué tout au long de l'album, sous toutes ces formes. Et lorsque Sous les hauteurs des miradors évoque explicitement la prison, vue par les yeux d'un visiteur, la description minutieuse de l'architecture pénitentiaire peut selon l'angle d'écoute devenir la description d'une société aux verrous multiples. Ainsi, de la société envisagée via le prisme de la prison, on passe à la prison finalement représentative de la société : la boucle est bouclée.


Tolérance zéro pour eux et leurs mères
J'renvoie Sarkozy en Hongrie dans un vol charter
...
Y a pas que les porcs qui ont droit au port d’armes


Parler d'une évasion, c'est parler d'un emprisonnement, on se répète. Mais parler d'une évasion, c'est ensuite parler d'une révolte et ses armes – artistiques et réelles – contre tous les sens interdits. A ce jeu-là, Les Evadés ont choisi la voie du hardcore le plus brut pour évoquer la manipulation de l'Histoire et ses non-dits, le racisme permanent, la répression ciblée, l'abandon des quartiers populaires, et les bombes que ces ingrédients fabriquent. La haine envers la police a ainsi rarement été aussi clairement exprimée sur disque, accompagnée de menaces explicites. Mais qu'on ne s'y trompe pas, la plume est certes coulée dans l'acier mais ne perd rien de sa finesse, double performance remarquable.

On me réprime pour le taf que je réfute
Et ils nous aiment comme la lame que j’affûte



Les Evadés signent un disque dense, riche, cru, irrévérencieux, haineux et souvent jouissif, manifeste appelant à brûler les prisons - quelles qu'elles soient. Autant de raisons de rejoindre le projet d'évasion, et à notre tour, de ne proférer aucun appel au calme.

JB
08.11.2008


DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article




© Acontresens 2002-2014