liste des interviews pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9


Avez-vous pensé au live en enregistrant les morceaux de Nude For Love ?

Tous les deux : ah ouais, naturellement.
Vincent : Les morceaux de l’album on les joue souvent en rappel. Dans les concerts ça peut arriver qu’on en lance un à un moment parce que un de nous deux se dit, tiens j’ai envie de jouer tel morceau.


Comment fonctionnez vous sur scène alors ?

Cyril : Moi je sample ma voix et mes percussions et lui sample son violoncelle.


Vous répétez des mécanismes ou alors chaque variation pendant le concert est spontanée ?

Cyril : C’est assez spontané, en tout cas pour moi, lui il prépare plus à la maison, moi sur scène je crée des boucles avec des voix.
Vincent : Eh, je ne prépare pas plus à la maison.
Cyril : Si tu travailles plus les boucles à la maison, mais en tout cas c’est spontané sur scène.
Vincent : Non c'est-à-dire que je travaille à la maison, lui ne travaille pas mais moi quand je travaille chez moi je prépare pas des trucs à l’avance, c’est juste une préparation des modes de fonctionnement. J’étudie pour voir comment je peux avoir le meilleur son, je travaille mon instrument, je me mets en condition de concert et je m’amuse à faire des enchaînements, des choses improbables. C’est comme ça que je trouve des trucs, je me dis tiens ça c’est trop bien, tu fais un accident et ça marche. De toute façon j’ai toujours énormément besoin de jouer et de travailler avant les concerts sinon le lendemain moi je sens que ça va moins bien et le public le surlendemain le sentira.

Cyril

Etant donné que vous improvisez chacun de votre côté, comment faites-vous pour vous faire comprendre à l’autre et pour être en accord ?

Vincent : On se connaît vraiment très bien. Hier (lors de leur concert à Brest le 23 octobre, ndlr) il y avait des arrêts, et de tous les arrêts qu’on a fait aucun était prévu, mais c’était incroyable, et c’est surtout lui qui est bon pour ça, il anticipe bien. Des fois je fais un truc, j’arrête, je le regarde juste mais j’ai besoin de rien d’autre, il n’y a jamais de signes.
Cyril : C’est organique...
Vincent : C’est comme quand tu vis avec des gens dans une famille, même en couple, tu sais qu’il va poser ses clés à tel endroit. Des fois quand on se perd, on attend, il y en a un qui sent que l’autre attend que l’autre trouve une idée ou des choses comme ça, on n'en parle pas. Mais souvent on ne sait pas comment on fait des trucs mais on peut les commenter, pour voir comment ça s’est déroulé.



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 page suivante



© Acontresens 2002-2017