liste des interviews pages 1 - 2


Comment envisagez-vous en général le fait de collaborer avec d'autres artistes, et avez-vous des collaborations en prévision ?

Hi-Tekk : Pour l'instant on n'est pas fermé aux collaborations, si elles sont intéressantes, et si on a le temps aussi. Mais c'est avant tout des rencontres humaines, tu n'as pas de stratégie particlière, ça se fait plutôt naturellement. Là je pense qu'on va se consacrer sur le prochain album de La Caution.
Nikkfurie : Une fois on nous avait demandé "quel genre de featuring aimerez-vous faire ?". En vérité on s'en fout, ce n'est pas ce qu'on recherche. Faire des projets annexes à ton groupe ça peut être viable. Mais avec La Caution, si on se lâchait à aller à droite à gauche il n'y aurait plus l'esprit, que tu ne peux avoir que par toi-même, le compositeur et le groupe. Même si ce n'est pas un compositeur attitré, au moins quelqu'un qui comprend ton truc.
Hi-Tekk : L'album doit avoir une identité sonore. Par exemple si tu appelles les producteurs les plus en vue, tu vas obtenir l'album de la tendance du moment, et non l'album de ton groupe. C'est différent.
Nikkfurie : Des fois des gens me demandent des sons, qui finalement ne leur conviennent pas, mais qu'on utilise nous. Et après ils nous redemandent "ouais un son comme la 3 de votre album". Quelque part on arrive mieux à rentabiliser nos sons. Ca traduit directement mieux.
Hi-Tekk : Les Beastie Boys, Company Flow ou le Wu-Tang n'auraient pas leur identité propre sans leurs propres compositeurs.


La Caution et TTC sont systématiquement associés, alors que vos démarches et votre musique sont quand même très éloignées. Est-ce que ça vous paraît justifié ?

Hi-Tekk : Ca nous paraît justifié dans plein de domaines. Déjà à la base TTC c'est nos potes. On ne fait pas la même musique, mais je comprends qu'on nous associe dans le sens où les deux groupes recherchent une identité sonore, au niveau des flows et des thématiques, et essaient de pousser le truc vers le haut. Et sur ça on se reconnaît. On essaie de faire évoluer le style de la musique plutôt que d'utiliser la tendance actuelle.
Nikkfurie : C'est sûr que Asphalte Hurlante et Ceci n'est pas un disque ne sont vraiment pas du tout les mêmes disques. Mais on est arrivé à peu près en même temps, avec le même esprit.
Hi-Tekk : Nos maxis respectifs étaient pris pour des maxis d'extraterrestres au début. "Ah vous mettez de l'électro dedans !". Une tour devant l'arc-en-ciel était super spé dans l'underground, surtout qu'à l'époque c'était la grande époque du piano et du violon. Dans Game Over 99, TTC avait samplé une GameBoy. Donc on a amené chacun une identité sonore qui n'était pas celle du rap français.
Nikkfurie : Après il y a des confusions… Il y a des mecs qui ont dit que Asphalte Hurlante c'était un album marrant ! C'est hallucinant. A cause d'une association, TTC / La Caution : De pauvres riches c'est marrant, donc La Caution ça doit être marrant. Tu dis au mec "En quoi t'as trouvé ça marrant ?", et il te cite TTC...


Justement, par rapport à ce côté "marrant", on a beaucoup entendu dire que tel ou tel groupe ne faisait pas du "vrai rap" par exemple.

Hi-Tekk : Depuis qu'on est arrivé on parle plus ou moins d'une nouvelle scène, underground ou alternative, peu importe le nom qu'on lui donne. Mais pour moi ça ne devrait même pas exister parce que ce qu'on fait c'est du rap. Ce que font les autres c'est de la varièt'. En règle générale.
Nikkfurie : Personne aux Etats-Unis dirait que Outcast n'est pas du rap. En France on le dirait. Pourtant il n'y a pas de morceaux où ce n'est pas du rap. C'est certes différent des sons que peuvent faire Mobb Deep ou Jay-Z, mais ça reste du rap. Des disques underground aux Etats-Unis comme Busdriver et compagnie, c'est difficilement qualifiable d'autre chose que rap. Et pourtant les mecs essaient de trouver autre chose en rajoutant spé ou en marge. A l'époque Run DMC c'était du rock, Beastie Boys c'était du rock. Ca ça a été perdu parce qu'à un moment donné tout le monde faisait la même chose. Maintenant c'est vrai que dans le gouffre il y a beaucoup de merde… C'est méchant de dire ça mais tout ne peut pas sortir, tout le monde ne peut pas être rappeur. A force les gens sauront faire des distinctions, en regardant si le rappeur est bon, si la musique est bonne, si elle amène quelque chose, si elle est propre au groupe ou bien classique, mais tellement bien faite que tu ne peux rien dire… Juger sur des vrais critères et pas seulement sur des "on m'a dit".
Hi-Tekk : Ces mecs là disent n'importe quoi généralement. Dans une musique il vaut mieux qu'il y ait plein de branches. Par exemple du rap mainstream, middleground, underground, du rap plus ou moins accessible, plus véner, plus triste, plus marrant… Tu n'es pas tout le temps dans la même humeur, tu ne vas pas écouter tout le temps la même chose. Et c'est bien que tu aies le choix. Peu importe après si tu n'aimes pas un truc : ça ne va pas te pourrir la vie, tu n'as pas besoin d'en parler ; tu ne vas pas perdre ton temps à penser à ça, tu penses aux trucs que tu aimes bien.

Saphir et Nikkfurie pendant l'interview

Est-ce que L'Armée des 12 doit être considérée comme un groupe à part entière ?

Hi-Tekk : L'Armée des 12 existait en même temps que La Caution et TTC. On s'est rencontré quand on commençait à rapper, on se connaît donc depuis nos débuts dans le rap. Et on a toujours eu l'idée de faire un groupe ensemble. Nous on a une vision du rap qui est différente de celle de TTC, et inversement. On préférait s'affirmer chacun en tant que groupe avant de faire ce groupe là. Si on avait sortie L'Armée des 12 en premier, sortir un album comme La Caution après… c'est pas le même délire. On en parlait, mais à l'époque c'était du rêve. Sortir un album, c'est déjà un challenge de ouf. Alors que tout le monde ait sorti un album, et qu'après on ait fait l'album de tout le monde… on est content de l'avoir fait ! Ca existe depuis longtemps, et ça a toujours été un groupe à part entière. On va pas faire du TTC, ni de La Caution. En plus maintenant il y a Saphir avec nous, plusieurs compositeurs, plusieurs DJ, des featurings comme Killa Kela… ce qui fait qu'au final ce n'est pas du tout la même chose que La Caution ou TTC.


Quels sont les morceaux dans lesquels vous vous retrouvez le plus sur Cadavre exquis ?

Nikkfurie : Moi personnellement ce serait Néons et pierres précieuses, Ils m'observent et Encre sanguine ; les autres morceaux je les kiffe bien, mais spécialement ceux là, parce que j'ai expérimenté des trucs au niveau du son : c'est hyper dur qu'une voix samplée dans un son ne gène pas le rap, et là c'est réussi ; et c'est en même temps hyper deep. Je kiffe grave le remix de Delirium 84, dans le sens de megamix à l'ancienne, je trouve ça vraiment hyper intéressant, comme le son d'Un séducteur de trop dans la crackzone qui est super épuré, hyper simple, mais qui sert bien le rap. Mais c'est tellement différent qu'en fait tu peux trouver un truc bien, un truc mauvais, etc…


Ca a du être très différent au niveau de l'écriture que pour La Caution, en termes de temps et de démarche, étant donné que vous avez écrit en studio…

Saphir : Là on était six à voter, on n'a pas tous les mêmes goûts. On n'a ni fait La Caution, ni fait TTC, mais vraiment un mix des deux, parce qu'il y a des sons qui vont plaire à certains et pas à d'autres.
Hi-Tekk : Pour La Caution c'était plus violent à écrire que pour L'Armée des 12, plus violent dans le sens où on n'avait pas beaucoup de temps. En même temps pour La Caution c'était le premier album donc t'as toutes tes idées qui sont là, bien claires, tu sais où tu vas. L'Armée des 12 c'était autre chose, on ne savait pas du tout quelle gueule allait avoir l'album avant de la faire. Mais on aime bien le côté spontané, parce que généralement les goûts que tu as rapidement sont toujours les meilleurs, donc on préfère aller à l'essentiel plutôt que de se prendre la tête à faire des recherches en se demandant par exemple ce qui plairait au public… je trouve que c'est n'importe quoi. Quand tu fais de la musique il faut la faire pour toi et en te disant que tu n'es pas unique, donc qu'il y a plein d'autres gens qui ont forcément les mêmes goûts que toi. C'est plutôt comme ça qu'on pense plutôt qu'à l'inverse, qui est de chercher à capter les tendances de ce que les gens veulent écouter en ce moment.
Nikkfurie : Ca nous aurait pris six mois d'écrire tout à six en se donnant des thèmes précis par exemple. Le concept c'est vraiment un album performance.
Saphir : Ca te motive.
Nikkfurie : La compétition c'est l'idéal, parce que même si on se connaît, même si on est potes, le côté compétition c'est ce qu'il y a de mieux pour que le morceau soit bien.
Hi-Tekk : On veut que tout le monde déchire, mais en même temps on veut déchirer plus que les autres, c'est contradictoire mais d'une certaine manière c'est ça L'Armée des 12.
Nikkfurie : Il y a beaucoup de nouveaux trucs par rapport à ce qu'on a pu faire avant.
Hi-Tekk : C'est pas du tout la même chose, mais en même temps le fait de te mélanger te force à donner une sorte de cohésion qui se fait naturellement quand il y a un esprit de groupe qui existe, et là il faut croire que ça a été le cas parce que l'album a quand même une unité, tu sens un délire, difficile à définir mais tu le sens. C'est aussi le titre de l'album…
Nikkfurie : Il y a des gens qui le trouvent super spé, qui trouvent qu'il est très difficile de rentrer dedans ; moi personnellement j'ai pas du tout cette impression là.
Hi-Tekk : Moi j'ai même l'impression que sur certains morceaux c'est plus accessible que La Caution, c'est carrément l'impression que j'avais alors que certaines personnes disent le contraire, c'est étrange…
Nikkfurie : Là où ça peut être déroutant c'est qu'il y a six voix et que ça change tout le temps, un mec dans le même morceau va rapper de trois, quatre, cinq façons différentes. Mais justement c'est ça qu'il y a de bien ; ce qu'il faut rechercher dans cet album là c'est la performance lyricale des MC, même encore plus que les sons.
Hi-Tekk : On a tous une approche complètement différente mais au final ça se complète super bien, c'est comme si t'avais six points de vue sur un truc et à la fin t'as plus qu'à choisir. Et j'aime bien écrire dans cet esprit là.


Vous avez été sélectionnés cette année pour faire partie du programme de subventions du FAIR. De quoi s'agit-il exactement, et qu'est-ce que cela vous apporte concrètement ?

Nikkfurie : C'est la Fondation d'Aide aux Initiatives Rock. Il s'agit en gros d'une aide aux tournées ; c'est une sorte de concours et comme nous on préparait une tournée, on a posé un dossier ; il faut justifier d'un certain nombre de scènes, etc… On a été sélectionné et on est content d'avoir cette aide, ça nous a permis d'enquiller de l'argent sur notre tournée. En même temps c'est plutôt rock, c'est pour ça qu'ils ont choisi le morceau Casquettes grises pour nous représenter sur leur site (voir le site, ndlr).


Comment se passe la tournée ?

Nikkfurie : Ca va, il n'y a pas foule, mais c'est tranquille. On n'a pas mangé de salle vide. A Strasbourg le mec était super flippé de faire jouer du rap parce que les trois derniers concerts étaient partis en couille, donc il y a ce côté là qui fait qu'il n'y a pas beaucoup de groupes de rap qui tournent. Après, vue notre identité, il y a rarement de problèmes. Les problèmes qu'il y a eu à nos concerts c'était à Paris. En Province on n'a pas vu de grosses embrouilles dans nos concerts, donc les gens se disent que ça va être possible, en plus le nom tourne un peu donc ils se disent qu'il y aura quand même du monde, même si la salle sera pas pleine à craquer. On arrive à avoir des dates un peu partout, c'est mortel.


propos recueillis par PJ et JB à Morlaix le 28.02.2003
mise en ligne : 13.03.2003




DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article



page précédente pages 1 - 2



© Acontresens 2002-2017