liste des interviews pages 1 - 2 - 3 - 4


L'album est très dense, il est assez difficile au départ de s'enchaîner tous les morceaux, il faut du temps pour les digérer.

Sept : C'est un avantage et un défaut. Quand c'est trop dense ça peut tuer quelque part l'intérêt du truc, quand il y a trop de choses à la suite on n'a pas le temps de capter. Mais comme ça me ressemble je le fais quand même...


On a presque déjà la densité d'un album entier au bout de cinq titres...

Sept : Justement c'est pas mal parce que ça permet au truc de durer un peu plus dans le temps. Il y a des choses que tu vas comprendre plus tard, et tu n'as pas forcément envie de te prendre la tête à faire une dissertation ou une explication de texte.


Ca a l'avantage de donner une durée de vie plus grande à l'album...

Sept : Il y en a d'autres qui arrivent à faire ça avec des textes plus simples, mais avec des doubles-sens, et pas forcément en rap seulement. A chaque fois qu'il y a une profondeur dans le texte ça lui donne une durée de vie beaucoup plus grande, parce que c'est un plaisir quand tu écoutes un truc depuis des années et qu'un jour en le réécoutant tu comprends un truc que tu n'avais jamais compris.


Tu ecoutes de la chanson à texte ?

Sept : Ouais j'en écoute... Je pensais par exemple à Bashung, Renaud, des gars comme ça... Bashung c'est un bon exemple, même si je ne suis pas un ouf de Bashung, j'aime bien ce qu'il fait, et je respecte grave ce qu'il fait. Pourtant lui ne respecte pas ce qu'on fait et c'est dommage (rires), il n'est pas le premier mais ce n'est pas grave, s'il n'a pas compris tant pis. En plus il ne connait pas, et si pour juger un truc que tu ne connais pas tu ne te bases que sur ce que tu vois à la télé c'est sûr que... En tout cas lui c'est toujours un gars qui réussit à choisir ou à écrire des textes qui ont vraiment quelque chose, que je n'assimile pas à chaque fois d'entrée et donc ça laisse des portes, c'est kiffant. Ce que je peux écouter c'est assez varié. Il y a très peu de musique que je ne peux vraiment pas supporter... Je n'écoute pas non plus toutes les musiques qui se font sur la planète, il y en a trop, mais je n'ai pas d'avis arrêté. La techno j'ai du mal, c'est trop aggressif pour moi. Ce qui me touche beaucoup ce sont les textes, les idées, et donc je peux apprécier beaucoup de styles de musique différents si je suis touché par ce que la personne dit. Je crois que c'est ça qui est bien aussi à travers les textes, c'est que même des personnes qui n'aiment pas le rap peuvent s'intéresser quand même si tu as des textes qui les touchent. C'est pareil pour la chanson française ou ce que tu veux, si tu es touché par les paroles ça va plus loin que juste un groupe musical, là c'est des idées, des opinions. Je ne suis pas fermé sur un style de musique spécialement. Pendant longtemps quand même j'ai écouté du rap, du rap, du rap, c'est clair, mais on ne peut pas arrêter à un style musical seulement, ça ne suffit pas.


L'évolution dans les productions rap de ces dernières années prouve une certaine ouverture à ce niveau-là, non ?

Sept : Il peut y avoir du rap gouffre avec des sons barrés, des trucs vachement plus funky, des trucs avec des textes qui se prennent la tête, d'autres plus légers... Mais ça ne suffit pas quand même. Personnellement je connais des gens qui n'écoutent que du rap, mais moi ça m'a passé. Avant j'écoutais d'autres choses, et après j'écouterai d'autres choses aussi. Et puis c'est un enrichissement. C'est un défaut qu'on a dans le rap, de s'enfermer trop sur des clichés, sur nous-mêmes, ça c'est dommage, d'avoir peur de passer pour un con ou un wack je ne sais pas (rires).

Grems, Soklak et Sept

Les références religieuses sont très nombreuses dans l'album. La religion est présente autour de toi ?

Sept : C'est un truc qui me touche. Moi je ne crois pas en Dieu, mais à côté de ça je ne pourrais pas dire que ce qu'il faut pour tout le monde c'est de ne pas croire en Dieu non plus, je ne suis pas contre les gens qui croient, au contraire. J'ai pu m'entendre beaucoup mieux avec des personnes croyantes et même pratiquantes, qu'avec des gars qui étaient comme moi. La religion c'est une part vachement importante de notre vie, et depuis longtemps, c'est même abstrait. On est à une période où on est allé sur la Lune, etc, et pourtant il y a toujours des gens qui croient en Dieu... Quand tu vois quelqu'un que tu connais en train de faire sa prière en joignant les mains ou de s'agenouiller sur un tapis, et que toi tu n'y crois pas, ça t'interpelle. Ca a une part vachement importante et c'est pour ça que ça revient souvent. Après il y a du bon dedans, du très mauvais aussi, parce que forcément c'est un instrument de pouvoir.


Oui... Il suffit de voir la responsabilité que portent les religions dans les conflits actuels.

Sept : On l'a vu vachement ces derniers temps, que ce soit Georges Bush qui jure sur la Bible pour aller faire sa merde, ou que ce soit Ben Laden qui en appelle à la religion pour envoyer des gens se tuer. Et ils n'en ont rien à foutre en fait ces gens-là. C'est un instrument de pouvoir, ils se servent de la crédulité malheureusement des gens, et aussi du désespoir des gens. J'ai évolué à ce niveau-là, parce que j'ai quand même dit ce que je pensais, mais je sais que la religion ça a permis à des gens de surmonter des choses qui étaient vraiment énormes, et donc d'un côté il faut le respecter aussi. Le respecter, tout en y faisant attention, il faut s'en méfier. Ca a une grande part dans la vie de tout le monde, et même dans celles de ceux qui n'y croient pas, puisque de toute façon on vit au milieu des autres. Quand les religions monothéistes sont arrivées, c'était à une époque où d'après ce que je sais c'était le bordel, c'était du grand n'importe quoi donc les gens avaient besoin de repères. Après, il faut les adapter à notre époque, et aussi au bon sens. Mais pour les croyants chacun a sa façon de pratiquer et de les adapter.


La religion prend une part assez importante dans le rap français.

Sept : Carrément. Quand j'entends des textes de certains qui sont religieux, comme Ali de Lunatic, ou Samm de Coloquinte, au premier abord je me retrouve sur pas mal de choses dans ce qu'ils disent. Mais après il y a des petits points où il y a des divergences. Il y a du bon à prendre dans la religion, mais mes parents ils ne croyaient pas en Dieu et ils m'ont inculqué les principes de bases. Je ne parle pas de ne pas manger de porc ou de ci ou de ça, mais du reste, les principes élémentaires pour pouvoir vivre correctement au milieu des autres. Tu n'as pas besoin d'être croyant pour respecter ces principes-là. Et ce qui est important à travers ça c'est le regard des autres, et c'est de se sentir appartenir à quelque chose, avec d'autres gens. Il y en a qui disent tout le temps "Dieu, Dieu", et ils font les pires saloperies, mais ils le disent pour être bien avec des gens autour d'eux.


Tu parlais de Lunatic, leur album fait une certaine unanimité auprès des rappeurs. Qu'est-ce que tu en penses ?

Sept : Franchement ça va. Il y a un peu un concept de ying et de yang. J'écoutais Ali et Booba, et forcément je me sentais plus proche de ce que pouvait dire Ali que de ce que pouvait dire Booba. Mais quand j'ai lu les textes de Temps mort, l'album solo de Booba, j'ai vu qu'il y avait des choses derrière, il écrit vraiment bien. Au final je dirais qu'aussi bien sur ce que dit Ali ou ce que dit Booba il y a des choses vraiment bien, et d'autres points sur lesquels je ne suis pas d'accord... Mais je préfère les voir eux mis en avant, même si des personnes ne les kiffent pas vraiment pour les bonnes raisons, au moins ce n'est pas de la soupe.


Un clochard interrompt la conversation et nous raconte comment il a chassé tous les corbeaux du forum des Halles...


Sept : On fait le même boulot, on chasse les corbeaux (rires).


propos recueillis par JB et PJ à Paris le 13.09.2003
mise en ligne : 17.10.2003




DONNEZ VOTRE AVIS
» Réagir et lire les réactions à cet article



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4



© Acontresens 2002-2017