liste des interviews pages 1 - 2 - 3 - 4


Noar dit une phrase à interpréter dans tous les sens dans Sous le ciel : "C'est le petit bout de moi en toi qui te dérange hein ? le petit bout de toi en moi j'veux qu'tu changes"...

Yoda : Oui, parce que quelque part ce qu'on dit, c'est quelque chose que t'as aussi en toi. Quand ça te dérange, tu crois que ça ne nous a pas non plus dérangé ? Si on a mis le doigt dessus, c'est parce que ça nous démange. Mais vas-y tu veux pas essayer de l'analyser autrement ce truc-là ? Qu'on puisse passer à autre chose... On ne se dit pas qu'on a le message pour changer la planète. Mais si tous les jours, au lieu de demander aux autres de changer et de travailler sur eux, toi tu travaillais sur toi ? Le travail n'est que là... Essayer de penser aux pourquois de nos réactions, et de se mettre à la place des autres, ça fait prendre du recul et éviter d'avoir un comportement animal. Mais moi je ne vois qu'un comportement d'animal, et pas d'humain qui réfléchit, qui dit "je pense" avant d'agir. Aujourd'hui c'est "j'te parle pas", "j'te respecte pas", "j'te vois pas"... C'est la société qui m'a créé aussi. Le capitalisme, l'individualisme, l'école qui t'a appris à rentrer dans le rang, à être le premier, à faire mieux que l'autre... Tu n'es pas mieux que l'autre, seulement tu as été plus rapide que lui. Mais l'autre est peut-être plus doué de ses mains, et il va te faire des choses que toi tu seras incapable de faire. Et lui, il ne participe pas à ta vie ? Bah si. S'il n'est pas là, ça n'avance pas. On est tous complices... Je ne vais pas aller dire "les condés c'est des enculés", parce que de l'autre côté il y a aussi des mecs qui disent "les racailles c'est des enculés". Crâmer des gamines dans des cités, faire des tournantes, etc, c'est être un enculé. Il y en a des deux côtés... mais il y a aussi des mecs biens. Dans toutes les couches et dans tous les secteurs, si les gens apprenaient à travailler sur eux, à communiquer et à réellement regarder les gens en face... Dans mes textes, je parle souvent d'"un sourire", d'"amour", rien que ça... un sourire, un regard, de la compréhension. Ce sont des étapes. La vanité, la fierté, qu'est-ce qu'on en a à foutre ? Tu vas les emmener avec toi quand tu vas crever ? Le jour où tu vas arriver à la fin, tu vas regarder ce que tu as fait... Je ne veux pas faire de mysticisme, mais les dernières minutes je sais qu'elles doivent être pénibles, quand tu vois ce que tu as fait toute ta vie et que tu t'es conduit comme le dernier salopard... Que ce soit la personne la plus gentille ou la plus méchante, on a tous un coeur, une maman, et on a tous pleuré un jour. Et la contradiction de l'être humain on l'a tous. Par exemple un gars qui n'en a jamais rien eu à foutre du cancer, un jour il en a un. Et là il va se battre comme jamais. Parce que ça le touche, et c'est marrant avant ça ne le touchait pas... Moi j'ai eu pas mal d'accidents de moto et j'ai fait des longs séjours à l'hôpital sans bouger, mais j'ai la chance de remarcher ; quand tu vois des tétraplégiques ou des mecs en phase terminale qui te disent "j'aimerais courrir", et que toi tu prends ta voiture tous les matins pour aller chercher le pain à cinq minutes... Je n'ai de leçon à donner à personne, mais simplement des trucs à dire : essaie juste d'y réfléchir. On sait qu'on ne changera pas les gens, mais si on peut dire "penses-y", peut-être qu'un jour ça fera un déclic. Et je pense que c'est ce que la plupart des groupes dits "conscients" ont essayé d'amener, plutôt que de chercher à tout casser. Je suis un être humain, trou du cul comme les autres, je peux être un menteur, un usurpateur, ce que tu veux. Mais tous les jours je vis avec ça, et j'essaie d'être un homme libre, sans barrières. Au jour d'aujourd'hui les gens polémiquent sur tout, même sur le positif. Et quand tu dis que tu détestes quelqu'un, tu parles quand même de lui... C'est qu'il y a quelque chose qui t'a choqué, ça a eu un impact, même mauvais. Tu n'apprécies pas parce que ça te touche ? Ou parce que tu n'es pas là-dedans et que tu ne connais pas ? T'es tellement loin de ça que ça ne te regarde même pas, tu ne peux même pas le voir, ça ne t'intéresse pas. Mais est-ce que la vie nous intéresse ? C'est ce que j'ai envie de dire aux gens : est-ce que la vie que tu vis tous les jours t'intéresse, est-ce que tu as envie de la vivre ? Moi j'ai envie de la vivre, et pas de la subir. Ta vie ce n'est pas de la merde.


Dans le morceau Brigade sur votre album, Reuno de Lofofora dit "appelle ça musique c'est pas si compliqué", comme un appel à surpasser les étiquettes.

Yoda : Pour nous on fait vraiment de la musique... A un moment on parlait même de chanson française (rires). On veut toucher tout le monde. Je disais tout à l'heure qu'on avait fait des concerts pour des anniversaires. Une fois on a fait l'ouverture d'un square (sourire). C'était pas une histoire de thunes, on a fait ça devant des minots de six ans. Les mômes ils dansaient, ils se roulaient par terre, dans l'herbe ! (rires) Ils s'asseyaient à la fin du morceau, ils applaudissaient et ils gueulaient "La Calcine !!!", ils attendaient que ça reparte et ils y retournaient ! Tu sais quoi, j'ai fait danser des mômes... Qu'on vende zéro album ou qu'on en vende dix mille, ça ne changera pas ça. On a fait des concerts en octobre avec Lofofora, les gens nous ont super bien accueillis, malgré le fait qu'ils venaient pour du metal. Mais tout ça c'est de la musique. Moi par exemple je me vois mal draguer une meuf sur du metal. Alors pourquoi on a inventé les slows ? (rires) On fait du hip-hop pour que tu te frottes un peu, que tu sois là cool, avec tes reufs, ta roeus, tout le monde. On est juste là pour donner un bon moment. Si les gens te le rendent, c'est magique. Et comme je disais, le meilleur concert qu'on ait fait jusqu'à présent c'est les gamins de six ans ! Dans nos textes on a quelques gros mots, pas beaucoup, et quand on rappait devant les mômes et leur parents on faisait attention... mais à un moment j'ai lâché un "nique sa mère !", sans musique, c'était tellement mortel que c'est sorti tout seul (rires) ! "Excusez-moi, je sais que c'est pas bien devant des tous petits, mais... il fallait que je le dise hein !" (rires). Après si il y a des vieux de 77 ans qui écoutent La Calcine et qui viennent nous dire "Big up ! Big up !", tant mieux ! Ce n'est pas réservé qu'à des jeunes à casquette.


Ce côté "chanson" transparaît dans vos refrains ; on sent qu'il y a un vrai travail dessus.

Yoda : Je vais vous raconter une histoire. Au début de Oeil pour oeil, tu crois qu'il y a deux voix mais en fait il y en a trois. Quand j'ai entendu Arno chanter, j'ai dit "putain j'y arriverai jamais" (rires). J'ai essayé, on m'entend un petit peu. Mais Arno il a un talent, c'est qu'il m'imite très bien ce bâtard ! (éclat de rire) Il y a plein de gens qui doivent dire "Ah Yoda il chante bien", mais non. Mais j'ai pas de honte à ça... Nous on rigole, on ne prétend pas être des artistes ou quoi, et j'espère qu'on gardera ça longtemps. On est des gars qui cherchons à faire autre chose, on fait de la musique pour rigoler avec... mais on n'est rien du tout ! Quand je vois que des gens nous accordent du temps pour faire des interviews... Et quand je vois ce qu'il se passe dans le monde, il y a tellement de choses à dégager...


"Y'a tellement à dire qu'on n'en parle pas" comme dit Noar...

Yoda : Si on commençait à parler de tout ce qui touche réellement, sans paraître démago on penserait à la misère humaine, la famine, les gens qui n'ont pas le droit à la parole ou le droit de penser, etc... Comment être d'accord avec tout ça ? Je vois des pays qui se prennent pour les maîtres du monde, comme les Etats-Unis ; alors que c'est un pays qui a quand même rasé des populations et qui aujourd'hui se permet de diriger les autres. "Aujourd'hui je vais leur taper sur la tête, ce sont des terroristes". Mais ça fait des années qu'il y a des guerres là-bas, avec l'Europe qui a découpé des continents comme jamais elle aurait dû les découper, sans faire attention aux tribus, aux ethnies, et maintenant on se prend un retour de bâton. Et c'est normal. On ne va pas aller imposer notre loi comme on l'a fait il y a des années dans les colonies. Refaire la même chose ? Allez vous faire enculer ! Pour une histoire de pétrole et d'argent vous êtes en train de massacrer des gens... et pas des hauts dignitaires et des riches, mais ce sont des gens comme nous qui crèvent. Je serais en Israël ou en Palestine, je serais un gosse de la rue, c'est moi qui en prendrait plein la gueule, et en plus sans savoir ce qu'il se passe politiquement. Qui a raison, qui a tort, on s'en fout. La seule chose que je demande c'est la paix. Ces gens ne peuvent pas s'entendre pourquoi, pour une histoire de religion ? Mais le premier message de toute religion c'est de savoir amener quelque chose aux autres sans l'imposer. Donc elle est où cette guerre ? On a envie de nous faire penser que certains sont les méchants et d'autres les gentils ? Moi tout ce que je sais, c'est que l'Etat israélien est allé prendre des terres censées être palestiniennes il y a quelques années, et qu'aujourd'hui il y a des problèmes entre les colons et les Palestiniens. Il y a des gens qui ont pris des terrains, d'autres qui veulent continuer à en prendre et à humilier des gens... Là je parle d'Israël-Palestine parce que vous en parlez dans votre site, mais j'aurais pu aussi vous parler du Maroc, où il y a les Saharaouis du Sahara Occidental qui sont mis dans des camps... et on n'en parle pas. On a enlevé le Sahara Occidental à ceux qui l'habitaient. Il y a des gens qui crèvent, et personne n'en parle. Après c'est à chacun d'en parler suivant les infos qu'il a, siuvant ce qu'il a vu et ce qu'il connaît. Mais les grands maux de la planète on les connaît tous, alors si il fallait en parler...


Et il faut que ça reste de la musique...

Yoda : Même si on n'est pas les rois du soleil, ou funky à la Svinkels - et on aimerait des fois être un peu plus funky -, on a un côté un peu plus noir parce qu'on veut parler de choses qui nous font mal. Mais si on voulait appuyer du doigt précisément sur des trucs, je ne sais pas si on changerait beaucoup de choses. Et puis même si on veut avoir un côté un petit peu militant et essayer de dégager des idées, on veut aussi amener un bon moment aux gens. On ne veut pas leur mettre une corde au cou en leur disant "T'as pas envie de te pendre après avoir entendu ça ?". Mon petit frère n'écoute pas de hip-hop, et quand il écoute La Calcine il trouve ça dur... Et nous on aimerait amener un peu plus de soleil que de côté noir. On n'a pas envie de juger les autres non plus, on veut seulement parler de ce qu'on sait et de qui on est réellement. On peut parler de certains qui recopient des extraits de bouquin... ok... mais est-ce que c'est toi qui parle ? C'est sûr, quelque part ça amène l'idée, et peut-être que des gens vont s'y intéresser et se renseigner... Mais d'un autre coté on peut te dire que ce n'est pas toi. Nous avec La Calcine on ne veut pas de ça, on veut être le plus vrai possible, parler de sujets qui sont à notre portée et savoir de quoi on parle.



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 page suivante



© Acontresens 2002-2017