liste des interviews pages 1 - 2 - 3 - 4


Deuxième album - La Victoire Sur "La victoire", votre deuxième album, il y a une alternance de titres rap et reggae : les titres rap sont plutôt sombres et les titres reggae plus optimistes...

Youcef Seddas : En fait cet album c'est tout simplement comme un être humain avec ses humeurs. Il y a le côté énervé, faut que t'extériorises cette mal-vie, cette haine que tu as en toi, et disons que dans le rap on arrive à canaliser ça sans grabuge, y'a pas de dégâts, tout en restant positifs. Dans le reggae, c'est l'être humain qui est posé, tranquille, qui réfléchit, qui te parle et qui dit "mais qu'est-ce que tu fais là ?" (rires). C'est ce qui fait la force du groupe, on n'est pas qu'un groupe de rap.


Vous êtes un groupe mélangé, métissé...

Youcef Seddas : Pas mélangé, ni métissé, c'est Intik quoi (sourire). Quand tu écoutes Massive Attack, tu dis pas "trip-hop etc", tu dis "c'est du Massive Attack" ! Nous y'a du reggae, du rap et du ragga, un peu de raï... c'est notre musique, on n'a pas mélangé pour faire un produit de consommation (rires).


Peux-tu nous parler des invités de l'album "La victoire", en particulier des rappeurs français ?

Youcef Seddas : Il y a eu Tyrone Downie, clavier des Wailers de Bob Marley, c'était un honneur pour moi de travailler avec lui. Il y a eu aussi Alsoprodby qui a fait des sons pour le Saïan Supa Crew, [djesi] qui a bossé avec Massive Attack, Portishead,... Voilà c'était vraiment une famille, cet album c'était une aventure humaine avant tout ; avec Dadou (Dad PPDA, ndlr) de KDD, avec Boss One de 3ème Oeil, c'était vraiment du coeur quoi, y'avait pas de business. J'adore ce que font Dadou et Boss One, et eux aussi, on s'est croisés dans des concerts. On s'était jurés de faire des choses ensemble et l'occasion s'est présentée. On ne voulait pas faire un album de featurings avec 30 types de rappeurs, parce qu'on a des choses à dire (rires). On en a discuté avec le groupe, KDD et 3ème Oeil c'est du rap d'adulte ce qu'ils font, pas un rap de gosse, c'est réfléchi, c'est pas un rap à l'eau.

Parce qu'il faut le souligner, le rap maintenant est devenu un moyen de faire passer un message, et ça peut être bénéfique comme ça peut être nuisible. Qui écoute du rap ? C'est un public de jeunes, entre 14 et 20 ans, ils sont vachement influençables. Quand tu dis "ouais je vais braquer une banque"... c'est pas comme ça mon frère. Choisir la facilité c'est de la lâcheté. Etre un dur c'est affronter la vie, être un dur c'est ça, et pas braquer une banque ou braquer une vieille et lui arracher son sac. Tu voles une vieille parce que tu ne peux pas voler un homme, tu vois ce que je veux dire ? "Nique la France", "Nique le bénef'"... non faut pas dire ça. Je comprends comment chacun voit sa misère, il lui donne une grandeur et tout, mais ici on n'est pas à Sarajevo. "La misère, la misère, la misère"... je la vois pas, moi, la misère. C'est pas que je compare à l'Algérie, mais des fois j'ai envie de leur dire "viens six mois en Algérie, tu vas comprendre, passe six mois et quand tu vas revenir tu te diras : 'faut que je fasse quelque chose de ma vie'". L'argent facile, etc, c'est pas du tout ça la vie. Et maintenant c'est l'engrenage pour certains groupes de rap, toujours dans le meme refrain "oui c'est la merde, la cité nanana"... "Nique le FN" : le FN il n'en a rien à foutre de ta gueule, tu crois qu'il parle de toi ? Trace ta route, faut pas parler, faut agir. Mais bon c'est ma façon de voir les choses, peut-être que je suis complètement à côté de la plaque, que je ne suis pas resté assez longtemps ici en France pour voir comment ça fonctionne... C'est bien de regarder en haut, les States et tout ça, mais c'est bien aussi de regarder en bas, ça permet de garder un équilibre et de garder la tête froide, de rester simple.


Intik Mais il y a des groupes que vous appréciez en rap français ?

Youcef Seddas : Y'en a ! La FF j'aime bien, on a tourné avec eux. J'adore Kery James. Le Saïan Supa Crew aussi, La Brigade... Mais franchement je n'écoute pas trop de rap français, je préfère écouter du rap ricain, aller aux sources, m'éviter une mauvaise influence. Si j'écoute trop une certaine catégorie de rap français, je vais me mettre à faire du rap fançais en arabe... Je préfère écouter l'original qu'une copie... J'ai pas de contacts avec ces groupes français. Les Américains, ils ont des sons qui déchirent, c'est simple mais c'est mortel. C'est la source, pas une copie. Dr Dre, ce qu'il produit, c'est 3 notes en boucle, et ça claque. Ici c'est "trop de sang dans la musique, trop de violence !", alors que c'est la voix qu'il faut mettre en valeur.


Tu fais toi-même la musique de la plupart des morceaux d'Intik...

Youcef Seddas : Oui, je suis auteur-compositeur. Je pars du principe que quand j'écris des textes je ne peux pas le faire sur une autre musique que la mienne. Je ne sais pas, c'est peut-être un blocage que j'ai, je préfère faire ma musique tout seul. Je peux le faire, la personne que je vais voir elle est pas plus intelligente que moi, je pars du principe que Dieu est juste et a donné à chacun le même cerveau, après c'est à toi d'exploiter ton cerveau. Si je me plante, c'est mon son, je peux assumer, mais si je me plante sur l'instru d'un autre... Souvent quand tu bosses avec des gens, ils sont trop rap par exemple, et ils t'emmènent dans une autre direction que la tienne, moi je préfère garder ma direction artistique.



page précédente pages 1 - 2 - 3 - 4 page suivante



© Acontresens 2002-2014